FANDOM


Alice au Pays des Merveilles (Alice in Wonderland), est le 17e long métrage d'animation et le 13e « Classique d'animation » des studios Disney. Sorti en 1951, ce film est l'adaptation du roman de Lewis Carroll, Les Aventures d'Alice au Pays des Merveilles (Alice's Adventures in Wonderland, 1865) et de sa suite, De l'Autre Côté du Miroir (Through the Looking Glass, 1871).

L'œuvre de Lewis Carroll possède un long parcours au sein des studios Disney : c'est avec la série Alice Comedies, une adaptation très libre du livre mêlant animation et prises de vues réelles, que Walt Disney débute sa carrière à Hollywood en 1923. Par la suite, plusieurs projets reprennent le concept ou l'histoire d'Alice. À la fin des années 1930, avec le succès de Blanche-Neige et les Sept Nains, Disney décide d'en tirer un long métrage. Il pense d'abord reprendre le principe animation/prises de vues réelles avec Mary Pickford mais la Seconde Guerre mondiale force les studios à repousser le projet. Celui-ci est relancé au milieu des années 1940, avec le succès de Mélodie du Sud (1946) mais les problèmes liés à l'adaptation de l'œuvre de Carroll incitent Disney à se tourner vers l'animation pure.

À sa sortie, le film n'attire pas le public escompté qui, soutenu par la presse, critique les libertés prises avec l'œuvre originale. Au sein du studio, les créateurs du film, dont Walt Disney, estiment également que le film ne répond pas à leurs attentes. Par la suite, le film trouve le succès auprès d'une partie des étudiants des années 1960, ceux de la mouvance hippie. Malgré ses nombreux problèmes, le film gagne avec le temps son statut de « classique ». En 2010, une suite lui a été donnée, réalisée par Tim Burton, mélangeant prises de vues réelles et images de synthèse, intitulée également Alice au Pays des Merveilles.

FilmsModifier

Alice au Pays des Merveilles (Disney) pensées chanson Un Matin de Mai Fleuri
Alice au Pays des Merveilles

CastingModifier

  • Kathryn Beaumont (VF 1951 : Marie-Claire Marty ; 1974 : Séverine Morisot (dialogues), Victoria Germain (chant)) : Alice
  • Sterling Holloway (VF 1951 : Marcel Carpentier ; 1974 : Roger Carel) : Chafouin
  • Ed Wynn (VF 1951 : Jean Brochard ; 1974 : Jacques Ciron) : Chapelier Toqué
  • Jerry Colonna (VF 1951 : Yves Furet ; 1974 : Claude Rollet) : Lièvre de Mars)
  • Richard Haydn (VF 1974 : Philippe Dumat) : Chenille
  • Verna Felton (VF 1951 : Germaine Kerjean ; 1974 : Paule Emanuele) : Reine de Cœur
  • J. Pat O'Malley : Tweedledee (VF 1974 : Jacques Balutin) / Tweedledum (VF 1974 : Albert Augier) / Morse (VF 1951 : Marcel Rainé ; 1974 : André Valmy) / Charpentier (VF 1974 : Gérard Hernandez)
  • Bill Thompson (VF 1951 : Paul Villé ; 1974 : Guy Piérauld) : Lapin Blanc / Dodo (VF 1974 : Jean-Henri Chambois)
  • Heather Angel (VF 1951 : Gilberte Aubry ; 1974 : Évelyn Séléna) : Sœur d'Alice
  • Joseph Kearns (VF 1974 : Georges Atlas) : Poignée de porte
  • Larry Grey (VF 1974 : Francis Lax) : Bill le lézard
  • Queenie Leonard (VF 1974 : Lita Recio) : Oiseau
  • Dink Trout (VF 1974 : Teddy Bilis) : Roi de Cœur
  • Doris Lloyd (VF 1974 : Paula Dehelly) : Rose
  • James MacDonald (VF 1974 : Linette Lemercier) : Loir
  • The Mellomen (Bill Lee, Thurl Ravenscroft, Max Smith, Bob Hamlin) (VF 1951 : Les Frères Jacques) : Cartes-Peintres

  • Johnny Depp (VF : Bruno Choël et VQ : Gilbert Lachance) : Tarrant Hightopp, le Chapelier Fou
  • Mia Wasikowska (VF : Karine Foviau et VQ : Romy Kraushaar-Hébert) : Alice Kingsleigh
  • Helena Bonham Carter (VF : Laurence Bréheret et VQ : Pascale Montreuil) : Iracebeth, la Reine Rouge (ou Reine de Cœur)
  • Anne Hathaway (VF : Caroline Victoria et VQ : Geneviève Désilets) : Mirana, la Reine Blanche
  • Crispin Glover (VF : Xavier Béja et VQ : Frédéric Paquet) : Ilosovic Stayne, le Valet Rouge
  • Sacha Baron Cohen (VF : Emmanuel Curtil) : le Temps
  • Rhys Ifans : Zanik Hightopp, le père du Chapelier
  • Matt Lucas (VF : Phillippe Bozo et VQ : Martin Watier) : Tweedle Dee / Tweedle Dum
  • Michael Sheen (VF : William Coryn et VQ : Tristan Harvey) : McTwisp, le Lapin Blanc (voix)
  • Paul Whitehouse (VF : Pierre Tessier et VQ : Benoit Éthier) : le Lièvre de Mars (voix)
  • Christopher Lee : le Jabberwocky (voix)
  • Alan Rickman (VF : Bernard Dhéran et VQ : René Gagnon) : Absolem, la Chenille (voix)
  • Stephen Fry (VF : Bernard Alane et VQ : Patrice Dubois) : Chessur, le Chat du Cheshire (voix)
  • Barbara Windsor (VF : Blanche Ravalec et VQ : Chantal Baril) : Mally Umkin, le Loir (voix)
  • Timothy Spall (VF : Vincent Grass et VQ : Stéphane Rivard) : Bayard, le Chien (voix)
  • Michael Gough (VF : Jean-Bernard Guillard) : le Dodo (voix)
  • Marton Csokas (VF : Bernard Bollet et VQ : Daniel Picard) : Charles Kingsleigh
  • Lindsay Duncan (VQ : Claudine Chatel) : Helen Kingsleigh
  • John Hopkins : Lowel
  • Jemma Powell : Margaret Manchester
  • Frances De La Tour (VQ : Johanne Garneau) : Tante Imogene
  • Tim Pigott-Smith (VF : Max André et VQ : Denis Mercier) : Lord Ascot
  • Mairi Ella Challen (VF : Clara Quilichini) : Alice à 6 ans
  • Geraldine James (VQ : Élise Bertrand) : Lady Ascot
  • Leo Bill (VF : Stéphane Ronchewski) : Hamish Ascot
  • Eleanor Tomlinson : Fiona Chataway
  • Eleanor Gecks : Faith Chataway
  • Lucy Davenport : Lady aux grandes oreilles (courtisane de la Reine Rouge)
  • Holly Hawkins : Lady au long nez (courtisane de la Reine Rouge)
  • Jessica Oyelowo : Lady à la grosse poitrine (courtisane de la Reine Rouge)

RésuméModifier

Dans un parc, une jeune fille prénommée Alice, juchée sur un arbre, écoute de manière distraite sa sœur lui faire une leçon d'histoire tout en jouant avec son chat Dinah. Elle rêve d'un monde plein de divagation où seuls des livres d'images existeraient. Elle évoque ce monde imaginaire en chanson, allongée dans un champ de pâquerettes. C'est alors que surgit un lapin blanc vêtu d'une veste et portant une montre. Il se plaint d'être en retard et entre dans un terrier, suivi par Alice qui souhaite se joindre à la fête. Elle tombe dans un trou, sa robe servant de parachute, croisant dans sa descente des meubles et des objets flottant dans l'air…

Une fois en bas, elle se retrouve face à une porte dont la poignée parle. La porte étant trop petite, elle doit boire un flacon étiqueté « Buvez-moi » et rapetisse suffisamment pour pouvoir l'emprunter. Mais, ayant oublié la clé sur la table, elle doit manger un biscuit sur lequel est inscrit « Mangez-moi » qui la fait grandir exagérément. Exaspérée par ces changements d'état, elle se met à pleurer et inonde la salle. Elle boit à nouveau une gorgée au flacon dans lequel, à nouveau minuscule, elle tombe avant d'être entraînée par le flot de larmes par le trou de la serrure. Elle se retrouve alors en pleine mer et croise un dodo qui, une fois sur le bord de la plage, chante et fait danser de manière saugrenue des animaux marins. Le Lapin blanc apparaît alors, naviguant sur son parapluie, avant de s'enfoncer dans la forêt.

Toujours à sa poursuite, Alice rencontre Tweedle Dee et Tweedle Dum. Les jumeaux l'invitent à rester avec eux pour une simple question de politesse et lui racontent une histoire pour l'avertir des méfaits de la curiosité : celle des huîtres, du Morse et du Charpentier. Au bord d'une plage, le Morse et le Charpentier devisent sur la vie, le Charpentier voulant balayer le sable de la plage, le Morse préférant manger. Le Charpentier ayant découvert un banc de jeunes huîtres, le Morse lui propose d'en faire leur dîner. Afin de les amadouer, il les convie contre l'avis de leur mère à une balade et un goûter. Tandis que le Charpentier construit à la hâte un restaurant de bric et de broc, le Morse entraîne les huîtres avec sa canne simulant un fifre, tel le Joueur de flûte de Hamelin. Mais alors que le Charpentier apporte les condiments, il s'aperçoit avec fureur que le Morse ne l'a pas attendu pour toutes les gober. Ils se lancent alors dans une course-poursuite que même la nuit n'interrompt pas. Alice rétorque qu'elle n'est pas une huître et que la morale des jumeaux ne la concerne donc pas. Ils entament alors une seconde histoire, celle du père François, qui se solde par le départ en catimini d'Alice.

À la sortie du bois, elle tombe sur la maison du Lapin blanc qui, la prenant pour sa gouvernante Marianne, lui demande d'aller chercher ses gants. Dans la chambre du Lapin, elle ouvre une boite avec des biscuits qui font grandir et en mange un. Devenue brusquement géante, elle détruit la maison. Effrayé par ce qu'il croit être un monstre, le Lapin blanc requiert l'aide du Dodo qui passait par là. Celui-ci propose de sortir Alice par la cheminée. Inopinément arrive Bill le lézard ramoneur portant une échelle. Ce dernier ne voulant pas extraire le « monstre », le Dodo le pousse dans la cheminée. La suie fait éternuer Alice et Bill s'envole dans les airs. Le Dodo propose ensuite de brûler la maison et rassemble tous les meubles pour en faire du bois. Alice décide de manger ce qui lui passe sous la main, à savoir une carotte cueillie dans le potager du Lapin. L'aliment fait effet et Alice rapetisse au point de passer par une échancrure de la porte, se lançant à nouveau à la poursuite du Lapin toujours en retard.

Traversant un champ de fleur, elle découvre des papillons-tartines-beurrées qui se posent sur une feuille puis un « hippocampapillon ». Les fleurs l'accueillent avec amabilité et décident de chanter une chanson mais, n'arrivant pas à se mettre d'accord, la rose rouge propose Un matin de mai fleuri. Alice est conviée à se joindre au concert. La chanson terminée, les fleurs demandent à Alice sa variété mais le genre humain ne leur étant pas connu, elles l'assimilent à du chiendent et l'expulsent.

Une mélopée et des volutes de fumée attirent alors Alice jusqu'à une chenille qui chante, déclame des vers et fume le narguilé juchée sur un champignon. Les volutes prennent la forme des lettres ou des mots qu'elle prononce. Alice et la Chenille entament une conversation philosophique sur ce que l'on est et qui l'on est. Évoquant son problème de petite taille (10 cm), Alice rend la Chenille furieuse car c'est aussi sa taille. Explosant de rage, la Chenille se transforme en papillon et donne un conseil à Alice : un côté du champignon la fera grandir, l'autre rapetisser. Alice s'exécute et grandit jusqu'à dépasser la cime des arbres et déloger un oiseau et son nid. L'oiseau la prend pour un serpent et l'attaque. Pour s'échapper, Alice mange l'autre côté du champignon et, après deux essais, retrouve une taille normale. Elle décide de conserver les morceaux dans son tablier au cas où.

Poursuivant son chemin dans la forêt, elle tombe sur de nombreux panneaux indicateurs. C'est alors qu'apparaît un sourire, puis des yeux et enfin tout un chat-foin (le Chat de Chester). Il chante une chanson sans queue ni tête et répond à Alice, qui cherche son chemin, que le mieux est d'interroger le Chapelier toqué ou le Lièvre de mars, en indiquant des directions opposées. Suivant son propre chemin, Alice tombe sur la maison du Chapelier où une fête de « non-anniversaire » a lieu. Le Chapelier, le Lièvre de mars et le Loir l'invitent à prendre le thé, à fêter son non-anniversaire et à leur raconter son histoire. Mais la folie de ses hôtes provoque de nombreuses péripéties sans qu'Alice ne puisse boire ou raconter son histoire. C'est alors que le Lapin blanc survient. Le Chapelier informe ce dernier que sa montre retarde et se propose de la réparer à sa manière. Après avoir enlevé les rouages, dents et ressorts, le Chapelier y met du sel, du beurre, du thé, du sucre, de la confiture, du citron (mais pas de moutarde !). La montre devenue folle est calmée par le Lièvre de mars qui l'écrase avec un maillet. Les deux compères jettent ensuite le Lapin blanc hors de la maison, aussitôt suivi par Alice.

Perdue au beau milieu de la forêt de Tulgey, Alice découvre des animaux plus bizarres les uns que les autres dont des oiseaux-marteaux et des oiseaux-crayons qui fabriquent des panneaux indicateurs lui déconseillant de marcher sur les Mome-raths. Ces derniers, des petites créatures poilues, lui indiquent un sentier rouge traversant la forêt qu'Alice décide de suivre. Mais un chien-balai le fait disparaître. Dans un moment de découragement, Alice, qui pense ne plus pouvoir jamais rentrer chez elle, prend conscience de ses erreurs. La curiosité est un défaut, sa sœur l'avait bien prévenue. Le Chat-foin réapparaît alors et lui propose d'aller voir la Reine de cœur, seule à pouvoir lui permettre de rentrer chez elle. Il lui offre même un raccourci, à travers l'arbre sur lequel il est perché.

Alice se retrouve dans les jardins du château, un véritable labyrinthe où des cartes à jouer peignent des rosiers blancs plantés par erreur en rouge, pensant ainsi échapper à la vengeance de la Reine qui a pour habitude de réclamer la tête de ses contradicteurs. Celle-ci survient alors, précédée par un défilé de cartes. Le Lapin blanc fait office de chambellan, présentant la Reine et le Roi de cœur. Après avoir condamné les jardiniers à être décapités, la Reine propose à Alice, dont l'apparence l'intrigue, une partie de croquet. Les arceaux sont des cartes, les maillets des flamants roses et les boules des hérissons. La partie est truquée par les objets qui craignent pour leur tête et, quand c'est au tour d'Alice de jouer, son flamant fait des siennes. Le Chat de Chester apparaît dans le dos de la Reine et s'arrange pour que le flamant qu'elle tient s'accroche dans ses jupes, provoquant sa chute et dévoilant ses dessous. Alors que, de rage, elle prend Alice pour la coupable et demande son exécution, le Roi obtient un procès pour la forme.

Le Lapin énonce les motifs d'inculpation mais la Reine insiste pour que la sentence soit appliquée avant le jugement. Le Roi intervient à nouveau et appelle les témoins à la barre. Le premier est le Lièvre de mars, suivi du Loir et du Chapelier toqué. Le trio entame une chanson de non-anniversaire pour la Reine et lui offre en cadeau un chapeau qui se révèle en fait être le Chat-foin. Le Loir est pris de frayeur et, dans la confusion générale, la Reine est assommée à la place du chat qui se trouvait sur sa tête. Une fois de plus accusée à tort, Alice décide de manger le champignon pour grandir. Mais l'effet est de courte durée et Alice doit fuir dans le labyrinthe, poursuivie par tous les personnages. La course se transforme en danse saugrenue menée par le Dodo puis en parcours du combattant au milieu des tasses sur la table du Chapelier… jusqu'à la porte du début, par la serrure de laquelle Alice se voit endormie au pied de l'arbre. Émergeant de son rêve, elle se réveille et, après un moment de confusion dû à l'apparente incohérence du récit de ses « aventures », sa sœur l'emmène goûter.

RemakeModifier

Alice au Pays des Merveilles est un film fantastique des studios Disney réalisé par Tim Burton sorti le 24 mars 2010 en France.

Le film se veut être une suite live du dessin animé Alice au Pays des Merveilles sorti en 1951, sans pour autant adapter le second volume de la série originale de romans écrits par Lewis Carroll, De l'Autre Côté du Miroir. Il apporte à son tour des remaniements scénaristiques.

Lors d'une réception mondaine, Alice Kingsleigh, qui a désormais 19 ans et tout oublié de ses aventures d'enfance, est demandée en mariage par un Lord arrogant et très peu séduisant. Elle aperçoit alors un étrange lapin blanc qui possède une montre à gousset et lui fait signe de la suivre. Alice s'enfuit, part à la poursuite du lapin, et trouve son terrier. En s'en approchant trop près, Alice tombe pour atterrir au Pays des Merveilles. Elle y rencontre tous les personnages de cette curieuse contrée, devenue sombre et inquiétante, tels que le fameux Lapin Blanc, ainsi que le Chat du Cheshire, le Lièvre de Mars, le Loir, les jumeaux Tweedle Dum et Tweedle Dee, qui semblent tous très bien la connaitre, et en particulier le Chapelier Fou qui lui voue une certaine affection. Ignorant ce qui est arrivé de navrant au Pays des Merveilles, Alice apprend, qu'après son départ, la Reine Rouge, accompagnée de son Valet, a pris le pouvoir en relâchant le Jabberwocky, son animal de compagnie. Pour que le bien et la paix puissent régner de nouveau au Pays des Merveilles, Alice devra s'allier au déjanté Chapelier et à l'excentrique Reine Blanche afin de se débarrasser de la tyrannie de la Reine Rouge et rétablir la justice.

Grâce au succès du film, une suite à ce dernier sortira en 2016, titrée Alice de l'Autre Côté du Miroir.

Page longue. Cliquez pour lire.

RésuméModifier

En AngleterreModifier

Il y a très longtemps…Modifier

Alice au pays des merveilles extra cauchemar Alice scène début père réunion

Alice est réconfortée par son père lorsqu'elle lui raconte son cauchemar.

Tout commence il y a très longtemps à Londres, lors d'une réunion entre chefs d'entreprises, organisée dans la maison du père de la jeune Alice, Charles Kingsleigh. L'homme d'affaires rêve d'installer différents sièges autour du monde, quand bien même ses compères pensent cela impossible. C'est alors que se montre la petite fille aux boucles blondes, interrompant le débat. L'enfant a encore fait le même cauchemar. Son père accompagne donc Alice dans sa chambre et la réconforte lorsqu'elle explique son étrange rêve, où elle chute dans un trou avant d'arriver dans un autre monde, le Pays des Merveilles, où vivent d'étranges créatures telles un dodo, un lapin vêtu d'un gilet ou encore un chat capable de sourire. Inquiète, la jeune fille demande à son père si elle ne deviendrait pas folle. Celui-ci répond qu'elle ne peut que l'être, comme nombre de bonnes gens. Par ailleurs, il lui conseille de se pincer si jamais elle se sent en danger dans son univers merveilleux. La petite rassurée, Charles lui caresse tendrement la joue.

13 ans plus tardModifier

Alice au Pays des Merveilles Extra arrivée mariage parents Ascot

Arrivées en retard au mariage, Alice et sa mère sont grondées par les Ascot.

Dans son carrosse menant à son mariage, Alice, peu enthousiasmée, est réprimandée par sa mère car elle n'a pas mis ses bas. Après une longue dispute portant sur la tenue de la mariée, cette dernière explique à Helen, sa mère, qu'elle a cauchemardé une fois de plus du même rêve, qui revient chaque nuit depuis son enfance. Dubitative, Mme Kingsleigh offre son collier à sa fille, et demande à celle-ci de sourire. Alice décide finalement de faire plaisir à sa mère en lui rendant ce dernier. Alice et sa mère arrivent finalement au lieu du mariage, accueillies par leur belle-famille qui s'impatientaient.

Alice au Pays des Merveilles Extra danse Hamish mariage oiseaux

Hamish accorde une danse au plus grand désespoir d'Alice…

Helen cherche à s'excuser mais est repoussée par Mme Ascot, vexée, qui s'en va rejoindre les invités, tout comme Alice. Se retrouvant seule avec le père de son gendre, la mère d'Alice explique que sa fille est perturbée depuis le décès de son père, chose que M. Ascot considère normale. Pendant ce temps, plus loin de là, Alice retrouve avec dégoût son futur époux, Hamish, qui invite cette dernière à danser. En pleine danse, Alice voit des oiseaux qui volent dans le ciel, tout comme dans son rêve. Distraite par ses pensées, elle bouscule une invitée en dansant et est réprimandée par Hamish, qui lui demande un peu plus d'attention envers le mariage.


Alice de l'Autre Côté du MiroirModifier

Alice de l'Autre Côté du Miroir est un film fantastique des studios Disney réalisé par James Bobin sorti le 1er juin 2016 en France.

Il fait suite au film live Alice au Pays des Merveilles réalisé par Tim Burton sorti en 2010.

Page longue. Cliquez pour lire.


Adaptation dans la sérieModifier

RéférencesModifier

Cette page utilise du contenu sous licence Creative Commons de Wikipedia (voir les auteurs).
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .