FANDOM


Plume WIKI Cette page est la transcription de l'épisode "Chasse aux Sorcières". Plume WIKI
N'hésitez pas à la compléter ou à corriger la moindre erreur.
Once Upon a Time couverture livre de contes

SCÈNE : La Forêt enchantée. Il y a un an. La chambre de la Méchante Reine dans son palais. Une main verte fouille dans les bijoux de la reine.


Méchante Sorcière : En voilà de beaux bijoux. De l'onyx, des perles noires... Des diamants. (regarde dans le miroir pour voir comment les boucles d'oreilles lui vont.) Ce qui valent suffirait à nourrir une famille toute une vie. (laisse tomber les boucles d'oreilles dans la boîte à bijoux) Et elle a tout laissé derrière elle. (marche vers la garde-robe de la Reine. Un Singe Volant la regarde, faisant des bruits. Elle regarde autour de la pièce) Tant de richesses et de belles choses. Qu'elle ne méritait pas. (ouvre la garde-robe et fouille dans les tenues ; choisit une robe) Ahh. Celle-ci devrait me plaire. (se dirige vers le miroir où une fumée verte l'enveloppe. La fumée se dissipe ; montrant qu'elle porte maintenant la robe. Elle s'étudie dans le miroir.) Voilà, ce que j'appelle mettre une robe en valeur. (tourne la tête vers le Singe Volant. La créature la regarde avec une sorte d'admiration.) Je sais qu'elle me va à merveille. Pars à la recherche de la Méchante Reine et informe-la de ma présence. Et non... inutile de faire preuve de délicatesse. (le Singe Volant obéit et s'envole)


SCÈNE : La Forêt enchantée. Il y a un an. Blanche-Neige et compagnie traversent le pays. La Méchante Reine s'arrête et regarde son ancien palais au loin. Scarlett s'approche de Blanche-Neige.


Scarlett : On se croirait revenu au bon vieux temps. Mis à part le fait qu'on ne fuit pas Regina, on fuit avec elle.
Blanche-Neige : Elle a changé cette fois. Et j'ai envie d'y croire.
Scarlett : (sceptique) Oui, j'espère que ça va durer. Et quoiqu'il en soit, elle a l'air très affectée. Si elle ne nous avait pas fait autant de mal, je me ferai peut-être du souci pour elle.
Blanche-Neige : Je vais lui parler. (rejoint Regina et se place derrière elle) Vous êtes prête à lever le camp, Regina ? (Regina ne répond pas) Vous étiez en train de penser à Henry.
Méchante Reine : Je pense constamment à Henry. Mais je me disais aussi, (reprend la marche) qu'il y a plusieurs tunnels qui mènent au château. Ils n'ont peut-être pas été touchés par le charme de protection.
Prince Charmant : Nous pourrions faire entrer une armée à l'intérieur.
Méchante Reine : Une armée serait vite repérée.
Blanche-Neige : Dans ce cas, à quoi ces tunnels peuvent-ils nous servir ?
Méchante Reine : C'est à moi qu'ils vont permettre d'entrer. Une fois que je serai dans le château, je romprai le sortilège. Et là, vous ferez entrer votre armée.
(On entend des cris et un Singe Volant arrive. Le Prince Charmant tire son épée, Blanche-Neige s'apprête à tirer une flèche.)
Neal : Attention il attaque ! (le singe le pousse hors de son chemin et vole vers Roland, se tenant maintenant juste devant la Méchante Reine)
Roland : Papa !
Robin des Bois : Roland ! (La Reine court devant le garçon, l'éloignant doucement de la créature alors que Roland court vers son père.)
Méchante Reine : Non, pas si vite. (transforme le singe en un animal en peluche. Puis elle s'approche de Robin et Roland.) Tiens regarde, il n'est plus si effrayant. (donne la peluche à Roland) Ça te fera un nouveau jouet. (sourit)
Robin des Bois : Merci beaucoup.


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Auberge Granny. Crochet, Mary Margaret et David sont dans le salon et Mary Margaret est assise. Emma les rejoint.


Emma : Bon, Henry dort à l'étage. Si il se réveille, on lui dira que tous les deux vous m'aidez pour résoudre une affaire, d'accord ? (s'assied sur un sofa) Alors, qu'est-ce qui s'est passé ? Mis à part ce truc évident. (fait un geste vers une Mary Margaret enceinte)
Mary Margaret : On ne sait pas exactement. On t'a vu franchir les limites de la ville avec Henry. Regina a jeté le sort qui devait tous nous renvoyer dans la Forêt enchantée et ensuite... c'est le trou noir complet.
David : Et la seule chose dont on se souvienne c'est de nous être réveillés ici dans notre lit, comme s'il s'était absolument rien passé.
Mary Margaret : Sauf qu'il s'est visiblement passé quelque chose. (met une main protectrice sur son ventre)
Crochet : C'est le moment de la récolte et tu ne te rappelles pas avoir planté la graine. Ce n'est pas de chance, camarade.
Emma : En tout cas, il s'est écoulé une année. Je l'ai passée à New York. J'en suis certaine.
David : Mais nous, on sait pas où on se trouvait. On sait même pas si on a quitté Storybrooke.
Crochet : Si, moi je le sais. Parce que j'étais avec vous.
Mary Margaret : (étonnée) Dans la Forêt enchantée ?
Crochet : Regina nous a renvoyé là-bas. Nous avons passé un certain temps avec un Prince Philippe et sa Princesse Aurore. Mais je ne me sentais pas en phase avec le groupe, alors j'ai préféré tenté ma chance de mon côté. Quand je vous ai vu pour la dernière fois, vous partiez en direction du château de Regina.
Emma : Et maintenant vous êtes ensorcelés. Pourquoi ça ne m'étonne pas ?
Mary Margaret : (secoue la tête) Regina ne semble pas en savoir plus que nous. Je ne suis pas sûre qu'elle soit impliquée là-dedans.
Emma : Ça c'est ce qu'elle vous a dit.
David : (se tourne vers Crochet) J'comprends pas : si tu as quitté la Forêt enchantée avant la Malédiction, comment tu as su qu'il fallait retrouver Emma et venir ici ?
Crochet : Alors que je voguais à travers les Royaumes, un oiseau est venu se poser sur la barre du navire avec un message me demandant de retrouver Emma et de la ramener ici au plus vite. Il avait aussi une fiole contenant une potion de souvenirs attachée à une patte.
Mary Margaret : Qui l'a envoyée ?
Crochet : J'ai supposé que c'était toi.
David : Un message transmis par un oiseau - c'est vrai que ça te ressemble. (On frappe à la porte. Leroy et Joyeux entrent dans la pièce.) Qu'est-ce qu'il y a ?
Leroy : On en a perdu un deuxième. On n'est plus que cinq maintenant.
Joyeux : (regarde son téléphone) Quatre. Timide ne répond plus au téléphone.
Emma : (inquiète) Quoi ? Qu'est-ce qui se passe au juste ?
Leroy : On va avoir besoin de toi, ma petite.
Mary Margaret : Il n'y a pas que notre mémoire qui s'est envolée. Depuis notre réveil, certaines personnes se sont mises à disparaître.
Leroy : La personne qui a lancé la Malédiction nous embarque un par un.
Emma : (inquiète) Qui a disparu ?
David : À vrai dire, à part les nains, on ne sait pas trop. Il y a eu pas mal de confusion dernièrement. C'est pas facile de retrouver la trace de tout le monde.
Emma : Attendez. Est-ce que Neal est ici ?
Mary Margaret : (regarde David avant de répondre) On l'a pas encore retrouvé.
Emma : Alors il a pu être enlevé lui aussi.
Leroy : Je suis prêt à parier que oui.
Mary Margaret : Enfin, Leroy !
Crochet : N'aie crainte, Swan. Il va réapparaître. Il s'en sort toujours.
David : Certains ont établi un campement dans les bois près de la ville. Il est peut-être avec eux.
Mary Margaret : Ou il a peut-être réussi à échapper à la Malédiction.
Emma : (se lève) Il n'y a qu'un seul moyen de tirer cette affaire au clair. Il faut que vous recouvriez la mémoire.
Mary Margaret : J'veux bien, mais comment on va faire ?
Emma : Il suffit de découvrir qui vous l'a fait perdre.


SCÈNE : La Forêt enchantée. Il y a un an. Le groupe discute de l'attaque.


Prince Charmant : Qu'est-ce que c'était que cette chose ?
Blanche-Neige : Le même genre qui nous a attaqué quand on allait au château.
Grincheux : Si ce n'était pas ridicule, je dirais que ça ressemblait à un singe.
Prince Charmant : Un singe avec des ailes ?
Méchante Reine : Oui, un Singe Volant c'est bien de cela qu'il s'agit.
Neal : (choqué) Attendez, vous avez l'air de trouver ça normal.
Belle : À vrai dire, ça l'est. (Neal la regarde) Mais pas ici. Il n'y a qu'un seul Royaume où on trouve des créatures de ce genre. (Regina la regarde) Certains de mes livres en parle : c'est Oz.
Blanche-Neige : (étonnée) Oz ? Ça existe vraiment ?
Méchante Reine : Le rat de bibliothèque a raison. Le Pays d'Oz existe. Et maintenant que l'on a croisé ce charmant primate, je suis presque certaine que la personne qui est venue s'installer au château est la Méchante Sorcière.
Grincheux : On parle de celle de l'est ou de l'Ouest ?
Blanche-Neige : Quelle importance ? Elles sont aussi affreuses l'une que l'autre.
Grincheux : Il faut faire tomber une maison sur l'une et balancer un seau d'eau sur l'autre. (Blanche-Neige hoche la tête)
Prince Charmant : Bon, Regina, qu'est-ce qui nous attend exactement à part un chapeau pointu, un balai et une peau verte ? Qu'est-ce que vous lui avez fait ?
Méchante Reine : Je n'y suis pour rien, cette fois. Je ne l'ai jamais rencontrée.
Prince Charmant : Ce n'est pas une vengeance personnelle ? Très étonnant. Bien, dans ce cas, Oz ou pas Oz, on s'en tient au plan initial. On se prépare et on attaque. (à la Reine) Si vous rompez le charme de protection.
Méchante Reine : Ne vous en faites pas pour ça. (commence à s'éloigner)
Blanche-Neige : Je viens avec vous.
Méchante Reine : Non, inutile, je n'ai besoin de personne.
Blanche-Neige : Quoi ? Pour affronter la Méchante Sorcière ? Elle a des Singes Volants et peut-être d'autres créatures sinistres.
Méchante Reine : Quand bien même une centaine de Munchkins assurerait sa protection, je suis capable de rompre un sortilège toute seule.
Blanche-Neige : Alors, on attendra votre signal pour attaquer.


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Café Granny. Ruby sert à Henry un chocolat chaud à la cannelle.


Ruby : Et voilà, Hen... Jeune homme. Ton chocolat chaud. (s'éloigne un peu)
Henry : Attendez. (elle se retourne) Comment vous avez su, pour la cannelle ?
Ruby : J'ai eu de la chance. Tu as une tête à... à aimer de la cannelle. (Mary Margaret et David entrent dans le café)
Emma : Ah, Henry, voici David et Mary Margaret.
Henry : Vous aidez ma mère à résoudre son enquête ? (murmure à sa mère) Ou alors ce sont eux qui n'ont pas payé leur caution ?
Emma : (se lève) Non, ce sont... (sourit) ce sont des amis de longue date.
Henry : Des amis ? D'où ça ?
Mary Margaret : (parle simultanément avec Emma) De Phoenix.
Emma : (parle simultanément avec Mary Margaret) D'ici. (couvrant la faute de Mary Margaret) Enfin, de Phoenix et ensuite d'ici.
Henry : J'croyais que la seule fois où t'étais allé à Phoenix, c'était... quand t'étais là-bas, tu sais.
Mary Margaret : (devançant Emma) C'est ça. On était dans la même cellule.
Henry : C'est vrai ? Vous y êtes allée pour quoi ?
Mary Margaret : Vol à main armée. (Emma est étonnée tandis que David sourit et ils s'assoient) Les gens font parfois des erreurs. L'important c'est de... d'avoir la sagesse de passer à autre chose.
Henry : Vous avez connu mon père ?
David : (l'ignorant) Oh ? J'ai faim. Pas toi ? Si on commandait ? (De l'autre côté de la pièce, une tasse de café se brise. La caméra se penche pour révéler Regina Mills, qui regarde Henry, le visage illisible d'émotion. Il regarde fixement en arrière.)
Regina : Oh, euh... Je te prie de m'excuser. Je ne voulais pas te faire sursauter.
Henry : (hausse les épaules, puis retourne à son chocolat) Oh, ça ne fait rien.
Emma : (se lève et va vers Regina) Regina. Il faut qu'on parle toutes les deux. Venez. (La scène est transférée alors qu'Emma et Regina se rendent dans une arrière-salle.)
Regina : (choquée et confuse) Il n'a eu aucune réaction en me voyant.
Emma : Parce qu'il ne se souvient pas de vous.
Regina : Mais vous si, visiblement. Qu'est-ce que vous faites ici ?
Emma : Storybrooke. Des souvenirs volés. Une Malédiction. À votre avis ?
Regina : J'veux dire, comment vous avez su qu'il fallait revenir ? Je vous avais donné une nouvelle vie, de nouveaux souvenirs.
Emma : Crochet m'a retrouvée. Il m'a fait boire une potion qui m'a rendu la mémoire. Et il y en avait pas pour deux.
Regina : (exaspérée) Avouez que ça vous arrange. Écoutez, ce n'est pas moi qui ait jeté ce sort, si c'est ce que vous pensez.
Emma : C'est vrai que ça m'a traversé l'esprit.
Regina : Pourquoi j'aurais fait ça ? Pourquoi j'aurais effacé une année entière de ma vie ?
Emma : Peut-être que c'était pas une bonne année pour vous. Peut-être que c'était un stratagème pour m'obliger à ramener Henry ici.
Regina : Sans le moindre souvenir de moi ? Si je voulais le récupérer, vous croyez vraiment que je m'infligerais une telle torture ? Je jette des sorts pour faire du mal aux autres. Pas à moi-même.
Emma : C'est bien possible. Mais je dois commencer à rayer des suspects de la liste.
Regina : De quelle façon ? En utilisant votre soi-disant super pouvoir sur eux ?
Emma : Vous avez une meilleure idée ?


SCÈNE : Storybrooke, pas loin des limites de la ville. Présent. Robin de Locksley et ses Joyeux Compagnons regardent l'arbalète récemment reçue de Petit Jean.


Frère Tuck : J'ai jamais vu un arc comme celui-là.
Petit Jean : Oui, il est d'une précision incroyable pour une arme qui n'est pas ensorcelée.
Frère Tuck : Où tu l'as trouvée ?
Petit Jean : J'l'ai eue dans une boutique.
Robin : Et comment te l'aies-tu procurée ? (silence) Tu l'as volée ?
Petit Jean : Le propriétaire avait l'air riche, et nous sommes pauvres. 'Faut bien se nourrir.
Frère Tuck : (repère une dinde au loin) Hé, puisqu'on parle de se nourrir. Je vois notre dîner.
Petit Jean : (vise) Voyons si les dindes sauvages sont rapides dans ce monde. (Il manque. L'oiseau s'en va.)
Robin : (rigole) Tu l'as pas manqué de beaucoup. C'est vrai que tu vises mieux avec cet arc. (Petit Jean chasse la dinde) Petit Jean, où vas-tu ? (L'oiseau enjambe la limite de la ville. Petit Jean suit de près. À l'approche de la frontière, un Singe Volant apparaît, arrachant Petit Jean du sol et s'envolant.) Jean ! Jean !


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Robin indique la frontière de la ville à Emma, Crochet et David.


Robin : Voilà, c'est ici qu'il a été enlevé.
Emma : Je ne franchirais pas cette ligne, si j'étais vous.
Robin : Vous pensez que c'est arrivé parce qu'il a tenté de franchir cette ligne ?
David : Ce serait logique. Les nains surveillaient les limites de la ville pour voir si quelqu'un entrait ou sortait quand ils ont disparu. Vous savez ce qui a enlevé votre ami ?
Robin : Nous n'avons pas bien vu. Une espèce de bête avec des ailes.
Emma : Ça ressemble au truc qui m'a attaqué à New York.
Crochet : Le monstre que tu comptais épouser ?
David : (choqué) Quoi, t'allais te marier ?
Crochet : Tu es sourd ou quoi ? Je viens de dire que c'était un monstre.
Robin : Écoutez, il faut retrouver Petit Jean.
Emma : Et toutes les autres personnes qui ont disparues. David, avec ce monsieur et ses...
Robin : "Joyeux Compagnons". (Emma hoche la tête)
Emma : Oui. Ces compagnons. Vous allez passer la forêt au peigne fin et essayer de retrouver sa trace. (commence à s'éloigner)
Crochet : En d'autres termes, tu ne viens pas avec nous ?
Emma : Pas encore. Regina a raison. Je ne vais pas découvrir qui vous a ensorcelé en parlant aux gens un par un.
David : Qu'est-ce que tu vas faire ?
Emma : Parler à tout le monde en même temps.


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Mairie de Storybrooke. Les citoyens sont rassemblés, mais pas pacifiquement ; la plupart d'entre eux se disputent fort. Debout devant eux, Emma tente de calmer tout le monde.


Emma : S'il vous plaît ! S'il vous plaît. Je sais que vous êtes tous perdus et effrayés, mais il faut que vous m'écoutiez.
Archie : C'est vrai ? Qu'il y a une sorte de monstre dans les bois qui nous empêche de quitter la ville ?
Leroy : C'est ce monstre qui s'en est pris à mes frères ?
Emma : Oui, on a de bonnes raisons de croire que les gens se font enlever quand ils s'approchent de la limite de la ville.
Granny : Alors, on est coincés ici. À nouveau ?
Emma : C'est la même chose que la dernière fois.
Leroy : La dernière fois on nous avait pris nos souvenirs. Cette fois on se fait kidnapper dans la forêt.
(Regina entre dans la mairie)
Belle : (se lève) Est-ce que tu sais qui nous a ensorcelés ? Et pourquoi on nous a renvoyés ici ?
Emma : Je mène mon enquête. Mais il est difficile de savoir ce qui s'est passé, vu que personne ne se souvient de rien.
Leroy : Qui est derrière tout ça ?! C'est assez évident, non ?
Emma : Tu te souviens de ce qui s'est passé ?
Leroy : (accusateur) Qui a déjà jeté le Sort noir ? Qui a le pouvoir de le faire ? Qui est la seule personne à avoir déjà commis un acte aussi abominable ? La Méchante Reine.
Regina : (secoue la tête) Pour une fois, je n'en sais pas plus sur ce qui nous arrive que les autres habitants de cette ville.
Dr Whale : Vous espérez vraiment qu'on va vous croire ?
Regina : (sur la défensive) C'est la vérité.
Granny : Pourtant, c'est bien votre style de nous faire un sale coup de ce genre.
Belle : Et vous avez déjà effacé nos souvenirs une fois.
Granny : Vous avez toujours la plus belle maison de la ville.
Regina : (s'avance dans l'allée) Vous croyez que ce qui m'importe c'est cette maison ? Que j'en ai quelque chose à faire d'être maire de Storybrooke ?
Archie : Dites-nous la vérité, s'il vous plaît. On peut comprendre.
Granny : Ouais, parle pour toi.
Regina : Je vous l'ai dite la vérité. Si j'avais quelque chose à voir là-dedans il y a une chose que j'aurais à l'heure qu'il est. Mon fils.
Emma : Justement, je vous interdis de vous approcher de lui tant que je n'aurai pas tirer cette affaire au clair.
Regina : Vous vous rangez du côté de la populace, une fois de plus ? Combien de fois je vais devoir le répéter ? Je suis innocente.
Emma : Oui, ça c'est que vous affirmez mais je ne suis plus tout à fait sûre de vous croire. (certains se dirigent vers Regina)
Regina : (lève les bras) Restez où vous êtes, ne faites pas un pas de plus.
Emma : Regina.
Regina : Vous avez déjà oublié à qui vous aviez affaire ? Vous persistez à ne voir en moi que la Méchante Reine, comme vous voulez. Si vous y tenez tant, c'est tout ce que je serai. (utilise la magie pour provoquer un tremblement de terre et disparaît ensuite dans un nuage de fumée pourpre)
Leroy : J'étais sûr que c'était elle !
Dr Whale : Il ne faut pas la laisser s'échapper.
Emma : Ne vous en faites pas pour ça. (sort)


SCÈNE : La Forêt enchantée. Il y a un an. La Méchante Reine continue vers son palais. Elle utilise la magie pour soulever un rocher hors de son chemin mais quand elle se retourne pour le poser, elle voit Robin des Bois.


Méchante Reine : Qu'est-ce que vous faites là ?
Robin des Bois : Je vous accompagne.
Méchante Reine : C'est hors de question.
Robin des Bois : Trop tard. Ma décision est prise. Que cela vous plaise ou non. Je tiens à vous aider.
Méchante Reine : Je ne crois pas avoir réclamé votre aide.
Robin des Bois : Ce n'est pas parce que vous ne l'avez pas réclamée que vous n'en avez pas besoin. Ce Singe Volant n'en avait pas après mon fils. C'est vous qu'il espérait atteindre.
Méchante Reine : (calme) Qu'est-ce qui vous fait dire ça ?
Robin des Bois : Je vis dans les bois depuis longtemps. J'ai vu bien des prédateurs traquer leurs proies, et c'est vous que cette créature pourchassait. Roland se trouvait seulement sur son chemin.
Méchante Reine : Où voulez-vous en venir ?
Robin : C'est la deuxième fois qu'on vous attaque. Cette sorcière veut vous éliminer.
Méchante Reine : (se moque) Et après ? Vous croyez réellement l'empêcher de me faire du mal ?
Robin des Bois : Peut-être que oui. Peut-être que non. Mais je me dois d'essayer. Car bien que nous n'ayons ni l'un ni l'autre envie de l'admettre, je vous suis redevable.
Méchante Reine : Pourquoi cela ?
Robin : Même si ce monstre ne voulait pas s'en prendre à mon fils, il aurait très bien pu le blesser. Vous l'avez sauvé.
Méchante Reine : Hum. Qui eût cru qu'un voleur aurait de l'honneur ?
Robin des Bois : Qui eût cru qu'une Méchante Reine aurait un faible pour les enfants ?
Méchante Reine : (soupire) Évitez de vous mettre en travers de mon chemin.
Robin des Bois : Oh, je ne me le permettrai pas.


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Bureau de Regina. Emma entre et claque la porte derrière elle.


Emma : Un tremblement de terre ?
Regina : Il fallait bien que je les impressionne. Et vous n'êtes pas blessée. (se lève et s'approche d'Emma) Ils y ont cru, vous pensez ?
Emma : En tout cas, ils en ont eu l'air.
Regina : Hm.
Emma : Beau boulot. Et maintenant, on va découvrir qui a jeté cette Malédiction.


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Bureau du Maire. Emma jette un coup d'œil autour d'elle avant de fermer la porte. Regina se prépare à analyser la potion de souvenirs.


Regina : On a combien de temps au juste ?
Emma : Jusqu'à ce que celui ou celle qui vous a ensorcelés comprenne ce qui se passe. Mais en attendant, personne ne doit savoir que nous travaillons ensemble.
Regina : Faites voir. (Emma lui tend la potion de souvenirs)
Emma : Ça suffira ?
Regina : Pour nous rendre nos souvenirs ? Non. Pour copier la formule ? Oui, je l'espère.
Emma : Une fois que les gens auront recouvré la mémoire, on saura qui vous a renvoyé ici.
Regina : Et grâce à cette potion, Henry se souviendra de moi. (sourit) Merci.
Emma : De quoi ? On n'a encore rien fait.
Regina : Les autres n'ont pas hésité longtemps avant de m'accuser. Mais vous au contraire... Vous m'avez cru quand je vous ai dit que je n'y étais pour rien. Ça n'a pas dû être facile pour vous.
Emma : Bien sûr que si. Je savais que vous disiez la vérité.
Regina : Même si en fin de compte, c'est celle nouvelle Malédiction qui m'a permis de revoir Henry ? Il pourrait s'agir d'un plan extrêmement compliqué, ingénieux et subtile.
Emma : Je suis sûre que non. Mon super pouvoir n'est pas infaillible. Mais vous, Regina, je sais quand vous mentez. Et cette fois, ce n'est pas le cas. Vous ne mentez pas.
Regina : Même si vous savez que je ne peux pas vivre sans lui ?
Emma : Là encore, vous ne mentez pas. (elles se sourient)


SCÈNE : La Forêt enchantée. Il y a un an. Le palais. La Méchante Reine et Robin des Bois se frayent un chemin à travers les tunnels.


Robin des Bois : Alors, où allons-nous ?
Méchante Reine : Il y a un grand feu dans la cour qui alimente le charme de protection. Tant que ce feu brûle, personne ne peut entrer dans le palais.
Robin des Bois : En d'autres termes, il nous suffit de l'éteindre ?
Méchante Reine : Non, il suffit que moi je l'éteigne. Vous, vous restez en dehors de mon chemin. (l'empêche de faire un pas en avant alors qu'ils atteignent un piège.) (murmure) Ne marchez surtout pas sur les dalles.
Robin des Bois : (utilise la torche et voit des piques sur les murs) Oh, quelle charmante surprise.
Méchante Reine : Ça sert à repousser les gens comme vous.
Robin des Bois : Les gens comme moi ?
Méchante Reine : Les voleurs.
Robin des Bois : Oh, oui. Bien sûr. Nous ne sommes pas tous de mauvaises personnes.
Méchante Reine : Oui, surtout quand on prétend voler aux riches pour donner aux pauvres. J'ai souvent mal agi dans ma vie mais au moins j'assume mes actes.
Robin des Bois : Moi aussi, j'assume mes actes. Et j'espère que si vous m'avez laissé venir ce n'est pas pour me faire tomber dans un de ces pièges. Roland a déjà perdu sa mère. Je ne veux pas qu'il perde le seul parent qu'il lui reste.
Méchante Reine : Dans ce cas, il fallait rester avec les autres. (sourit et continue de montrer la voie) Dites-moi, la mère de votre fils, que lui est-il arrivé ?
Robin des Bois : Alors que notre petit garçon venait de naître, je l'ai mise en danger par mégarde au cours d'une de mes expéditions. Elle est morte par ma faute. Et comme je vous l'ai dit, j'assume mes actes. (Tous deux s'arrêtent pour regarder de plus près la porte ouverte menant à la tombe de Cora)
Méchante Reine : C'est impossible.
Robin des Bois : Qu'il y a-t-il ?
Méchante Reine : Regardez la porte. Elle est ouverte.
Robin des Bois : Vous ne l'aviez peut-être pas verrouillée ?
Méchante Reine : (secoue la tête avec incrédulité) Je l'ai scellée par la magie du sang. Je suis la seule à pouvoir l'ouvrir.
Robin des Bois : On dirait que non. Cette Méchante Sorcière semble être une ennemie des plus redoutables. (Ils entrent dans la crypte) Quel est cet endroit exactement ? Il doit avoir de l'importance à vos yeux pour que vous scelliez l'entrée par le sang.
Méchante Reine : C'est une crypte. C'est pourtant évident, non ?
Robin des Bois : Oui, à vrai dire, je me demandais qui reposait en ces lieux ?
Méchante Reine : Ma mère. Moi aussi, j'ai perdu des personnes qui m'était très chères. Plus que je ne souhaiterai l'admettre.
Robin des Bois : Y compris un enfant ?
Méchante Reine : (le regarde, surprise) Qu'est-ce qui vous fait dire ça ?
Robin des Bois : J'ai vu comment vous avez pris mon fils dans vos bras. Vous avez eu la réaction d'une mère.
Méchante Reine : Oui, j'ai eu un fils.
Robin des Bois : Il ne voyage pas avec vous. Que lui est-il arrivé ?
Méchante Reine : Je vous rassure tout de suite, il est bien vivant. Disons que... Disons que je l'ai perdu pour toujours.
Robin des Bois : Si cette sorcière est suffisamment puissante pour contrer la magie du sang, nous devrions peut-être réfléchir à un autre plan.
Méchante Reine : Je me fiche de l'étendue des pouvoirs de cette sorcière. Rien ne m'empêchera de mettre ce plan à exécution. (sort)


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Café Granny. Henry et Mary Margaret sont assis ensemble. Mary Margaret lit un livre. Henry fait attention à sa console de jeu.


Mary Margaret : Quelle horreur. T'avais déjà entendu parler d'un truc qui s'appelle les croûtes de lait ? Les bébés ont souvent ça sur la tête. Ce sont des plaques rouges couvertes de flocons de peaux mortes jaunes et gras. C'est dingue, c'est la description qu'ils en font dans ce livre.
Henry : C'est dégueu. Ouais, je l'ai zigouillé.
Mary Margaret : Tu sais, il y a une bibliothèque au bout de la rue. (il relève la tête un instant) On pourrait y aller faire un tour et voir si tu y trouves un bouquin qui te plaît. Je sais que tu aimes beaucoup lire, alors.
Henry : Comment vous le savez ?
Mary Margaret : C'... C'est ta mère qui me l'a dit... Je crois.
Henry : Cool. OK, je vais chercher mon manteau et je reviens. (sort)
Mary Margaret : Les croûtes de lait. (soupire)
Zelena : Ça part au bout de quelques semaines. Et ça ne fait pas de mal aux bébés.
Mary Margaret : Vous en êtes sûre ?
Zelena : Les bébés sont plus solides qu'on le croit. Vous êtes Blanche-Neige, n'est-ce pas ?
Mary Margaret : Je m'appelle Mary Margaret, dans ce monde. C'est la première fois que vous venez à Storybrooke ?
Zelena : J'avais échappé à l'autre Malédiction. Alors, j'avoue que tout ici me paraît encore... un peu déroutant.
Mary Margaret : Ne vous inquiètez pas. Vous allez vous y faire. (sourit) Vous étiez qui dans le monde d'où on vient ?
Zelena : Oh, ça ne vous dirait sûrement rien. Tout le monde n'est pas aussi célèbre que vous. (Mary Margaret rigole)
Mary Margaret : Je ne sais pas si célèbre est le mot.
Zelena : Vous étiez une princesse. Et la plupart d'entre nous reste dans l'ombre des héros. (Mary Margaret s'apprête à dire quelque chose avant d'être interrompue) Non, ça ne fait rien. J'étais très fière de qui j'étais et de ce que je faisais. (se lève et marche vers Mary Margaret) J'étais sage-femme, pour tout vous dire.
Mary Margaret : C'est vrai ?
Zelena : (hoche la tête) Je m'appelle Zelena. Vous savez, j'ai rencontré plein de jeunes mamans. N'ayez aucune crainte. Vous apprendrez très vite.
Mary Margaret : Vous pourriez peut-être me donner des conseils ? J'ai commencé à corner les pages de ce livre chaque fois que je me posais une question et maintenant, je n'arrive même plus à le fermer. Tellement j'en ai.
Zelena : Ce serait un honneur. (sourit)
Mary Margaret : Méfiez-vous. Une fois que j'aurai mon bébé, je ne vous laisserai peut-être plus partir. (rigole)
Zelena : Vous permettez ? (touche le ventre de Mary Margaret) Oh, aidez Blanche-Neige à mettre son enfant au monde ? Je crois que rien ne pourrait me rendre plus heureuse.


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Les bois. À la recherche de Petit Jean, Crochet, David et Robin passent au peigne fin la forêt. David découvre des traces de sang sur une feuille.


David : Venez voir !
Robin : (regarde de plus près la feuille) Il a été trainé sur le sol. Il est là ! (Un Petit Jean blessé est couché sur le sol. Il est inconscient et souffre d'une blessure à l'épaule)
Crochet : Il est vivant ?
Robin : À peine. (essaie de réveiller Jean) Petit Jean, c'est moi. On t'a retrouvé.
Crochet : Je n'ai jamais vu une morsure comme celle-là.
David : Moi non plus.
Robin : Aidez-moi à le porter. Il a besoin de soin. (Avec un effort, il soulève Petit Jean)


SCÈNE : La Forêt enchantée. Il y a un an. Le palais. La Méchante Reine ouvre la porte vers ses appartements.


Méchante Reine : Rendez-vous utile puisque vous êtes là. Montez donc la garde. (se dirige vers sa coiffeuse et prépare un sort. Robin ferme la porte derrière lui.)
Robin des Bois : (la regarde) Qu'il y a-t-il dedans ?
Méchante Reine : Rien qui vous concerne.
Robin des Bois : (atteint une flèche de son carquois et bande son arc) Je ne reposerai pas la question deux fois. Qu'y a-t-il dans ce coffre ?
Méchante Reine : (se retourne) Comment osez-vous me menacer dans mon propre château ? (utilise la magie pour l'étouffer)
Robin des Bois : (d'une voix tendue) Même si vous serrez plus fort et que je dois y laisser ma vie, cette flèche partira et croyez-moi je ne manque jamais une cible. Alors dites-moi quelle potion malfaisante vous préparez ?
Méchante Reine : (le relâche) Un Charme du Sommeil.
Robin des Bois : Celui qui a ensorcelé Blanche-Neige ?
Méchante Reine : Cette potion-là me venait de Maléfique. Depuis j'ai appris à la préparer moi-même.
Robin des Bois : C'est pour cela que vous teniez tant à revenir au château ?
Méchante Reine : Ce genre d'ingrédients est très difficile à trouver, surtout quand vous avez quelqu'un comme Blanche-Neige qui ne vous quitte pas d'une semelle.
Robin des Bois : Et votre plan c'est... ? De l'utiliser contre la Sorcière ?
Méchante Reine : La Sorcière ? Je n'en ai rien à faire. (finit le sort)
Robin des Bois : Alors contre qui voulez-vous l'utiliser ?
Méchante Reine : N'ayez crainte. Quelqu'un qui ne vous manquera pas. Quelqu'un qui ne manquera à personne. (applique le sort à son épingle)
Robin des Bois : Vous êtes malheureuse sans votre fils. (marche vers elle) Je ne peux pas vous laisser faire cela.
Méchante Reine : C'est une chance que vous n'ayez pas votre mot à dire. (utilise la magie pour l'immobiliser sur place. Il est incapable de l'approcher davantage)
Robin des Bois : Je sais ce que vous ressentez, Regina.
Méchante Reine : Ça, j'en doute fort.
Robin des Bois : Quand j'ai perdu ma femme, j'ai eu l'impression de ne plus avoir de raison de vivre. Mais j'en ai trouvé une. Mon fils.
Méchante Reine : (se retourne) C'est ce qui fait toute la différence entre nous. J'ai déjà perdu Henry. J'ai déjà dit adieu au seul être qui comptait à mes yeux.
Robin des Bois : Vous trouverez peut-être une autre raison de vivre. Nous avons tous droit à une seconde chance. Il suffit seulement d'ouvrir les yeux pour la percevoir.
Méchante Reine : Sans doute, mais les miens seront fermés depuis longtemps.
Robin des Bois : Alors, c'est fini ? Vous allez vraiment abandonner ?
Méchante Reine : (face à lui) Ce n'est pas la fin. C'est un entre-deux perpétuel. Le sort peut être brisé par le seul Véritable Amour de ma vie, la seule personne pour laquelle je voudrais me réveiller. Mon fils adoré.
Robin des Bois : Regina, écoutez-moi. Vous faites une erreur.
Méchante Reine : Inutile de vous inquiéter. Je respecterai mon engagement. Je romprais le charme de protection pour que Blanche-Neige et son prince puissent triompher. Mais ensuite, j'entrerai dans un profond sommeil. (s'éloigne)


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Bureau du Maire. Regina ajoute l'ingrédient final à la potion. Emma la regarde.


Emma : Ça a marché ?
Regina : Il n'y a qu'un seul moyen de le savoir. (prend une gorgée de la potion)
Emma : Alors les souvenirs vous reviennent ? (Regina jette la bouteille contenant la potion contre le mur. Ça se brise.) Soit ce mur vous a fait un truc pas cool dernièrement, soit ça a pas marché.
Regina : (dépitée) J'ai dû oublier un ingrédient.
Emma : On peut peut-être réessayer ?
Regina : J'ai déjà utilisé tout ce qui restait de la potion que Crochet vous a donné. Il n'y a plus rien à copier. (soupire) Je refuse de vivre ici si Henry ne se souvient pas de moi. C'est pire encore que n'importe quel sort que j'aurai pu jeté.
Emma : Et si on avait encore une chance de savoir qui vous a fait ça ?
Regina : (se retourne) Vous n'avez pas écouté ce que j'ai dit ? Je ne peux pas refaire la potion.
Emma : Vous avez pas besoin de la refaire. On peut quand même coincer le coupable.
Regina : De quelle façon ?
Emma : On a roulé toute la ville pour faire cette potion en secret. Mais c'est peut-être pas la bonne arnaque ?
Regina : Je ne suis pas sûre de comprendre. J'avoue que je ne m'y connais pas trop en arnaque. Contrairement à vous, je ne suis pas allée en prison.
Emma : C'est pas un truc que j'ai appris en prison. C'est une vieille ruse de garant de cautions. On oblige le coupable à s'exposer en lui faisant croire qu'on l'a démasqué.
Regina : Comment vous comptez faire ça ?
Emma : Si la personne qui a ensorcelé la ville nous croit sur le point de faire une potion qui va vous rendre la mémoire...
Regina : Elle voudra nous en empêcher.
Emma : Oui. Et on aura plus qu'à lui tendre un piège pour la coincer. Il nous suffit de faire courir la rumeur que vous aurez bientôt terminé cette potion.
Regina : (sourit) Je sais à qui il faut dire ça.


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Café Granny. Leroy fait irruption à l'intérieur.


Leroy : Les amis, j'ai une très grande nouvelle. Emma a retrouvé Regina. Elle était dans son bureau en train de fabriquer une potion magique.
Archie : Quel genre de potion ?
Joyeux : Elle veut nous empoisonner ?
Leroy : Une potion qui peut nous rendre la mémoire. Regina dit qu'elle va s'en servir pour prouver que ce n'est pas elle qui nous a ensorcelé.
Granny : Comme si j'allais boire quoique ce soit qui vient de cette femme.
Leroy : Il y en a bien qui oseront. Et si leur mémoire revient, on saura exactement qui nous a fait ça. (Zelena quitte rapidement les lieux)


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Hôpital. Petit Jean est emmené dans une salle de traumatologie d'urgence.


Infirmière : Il bradycardise. Tension en chute libre.
Dr Whale : Qu'est-ce qui lui est arrivé ?
David : On ne sait pas exactement.
Infirmière : (remarque que Petit Jean tremble violemment) Il entre en état de choc.
Dr Whale : Il faut le mettre sous sédation. Donnez-moi 15 mg de propofol.
(Le Dr Whale essaie de donner un petit coup à Petit Jean. Ce dernier continue de trembler violemment et une queue commence à lui pousser. Alors que le Dr Whale tente une seconde fois, la queue se déchaîne et le frappe. Beaucoup de gens prennent un coup de queue.)
Robin : Jean, Jean !
Crochet : (esquive) C'est pas vrai !
Robin : Jean !
(Petit Jean se transforme en Singe Volant.)
David : OK, ça je l'avais pas vu venir. (Le Singe Volant saute à travers la fenêtre et disparaît dans la nuit) Qu'est-ce que c'est que ce truc ?
Dr Whale : J'en sais rien moi. Je suis médecin, pas vétérinaire.


SCÈNE : Storybrooke. Présent. À l'extérieur du bureau du maire. Emma et Regina sont assises dans la voiture jaune d'Emma et regardent le bâtiment.


Regina : Donc, si j'ai bien compris on va rester là et attendre sans rien faire ?
Emma : Jusqu'à ce que la personne à l'origine de la Malédiction rentre dans votre bureau.
Regina : Alors, c'est comme ça que vous gagnez votre vie ?
Emma : Ouais, ça s'appelle être en planque.
Regina : Et vous... ne vous ennuyez pas ?
Emma : J'en sais rien. On trouve toujours un moyen de passer le temps. On mange. On discute. Et surtout, on observe, vu qu'on est là pour ça. (boit une gorgée de sa boisson)
Regina : Est-ce qu'il a des amis ?
Emma : De qui vous parlez ?
Regina : (la regarde) De Henry. (Emma la regarde) Est-ce qu'il a... des copains à New York ?
Emma : Oui. Des tas de copains. (tourne la tête) Pas encore de p'tite amie. Pour autant que je sache.
Regina : Alors, il a une vie agréable ? Il est heureux là-bas ?
Emma : (la regarde) Ouais. C'est d'ailleurs pour ça que j'ai failli ne pas revenir.
Regina : Pourquoi vous êtes là ?
Emma : (tourne la tête) Parce que lui ne se souvient peut-être pas de tout ça mais moi si. Et que je sais ce qu'il m'aurait dit. Un vrai héros choisirait de revenir.
Regina : (sourit et tourne la tête) Oui, il aurait dit ça.
Emma : (la regarde) Vous êtes sûre que vous voulez pas le revoir ? On pourrait lui dire que vous êtes une vieille amie comme Mary Margaret et David.
Regina : (secoue la tête) Ce serait bien trop douloureux.
Emma : (tourne la tête) Oui, j'ai du mal à imaginer c'que... (note un mouvement derrière une fenêtre du bâtiment) Il y a quelqu'un dans le bureau.


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Bureau du Maire. Emma et Regina se faufilent lentement jusqu'à la porte du bureau.


Emma : Vous êtes sûre que celui ou celle qui est là-dedans ne peut pas s'échapper ?
Regina : La pièce est scellée par la magie du sang. Elle peut vous empêcher d'entrer ou vous empêcher de sortir. Faites-moi confiance. (utilise la magie pour ouvrir la porte. La pièce est en désordre.)
Emma : (armée d'un pistolet) Là. Pas un geste !
Regina : Vous ne pourrez pas sortir d'ici. (Une silhouette à capuchon disparaît dans un nuage de fumée verte) Mais... comment ?
Emma : J'croyais qu'on pouvait pas s'échapper.
Regina : Personne ne peut contrer la magie du sang. Pas même le plus puissant des sorciers.
Emma : Alors, à qui on a affaire ?


SCÈNE : La Forêt enchantée. Il y a un an. Le palais. La cour. Un feu ardent alimente le sort de protection. La Méchante Reine absorbe comme par magie la flamme verte.


SCÈNE : La Forêt enchantée. Il y a un an. Grincheux regarde le palais de la Méchante Reine de loin. Un dôme vert entourant le château s'estompe lentement, puis disparaît complètement.


Grincheux : Elle a réussi, c'est bon !
Prince Charmant : Tous en route pour le château. Allez.


SCÈNE : La Forêt enchantée. Il y a un an. Le palais. La cour. La Méchante Reine s'assoit sur un banc et regarde le paysage.


Méchante Reine : Je te demande pardon, Henry. Un jour peut-être tu me retrouveras et tu me sortiras de mon long sommeil. Mais en attendant...
(Elle est sur le point de se piquer le doigt alors que la Méchante Sorcière s'approche d'elle par derrière)
Méchante Sorcière : Tu ne serais même pas venue me saluer avant ? J'avoue que je suis un peu déçue par ton accueil. (la Méchante Reine se retourne) Que faut-il donc faire pour espérer attirer ton attention ? (Utilisant la magie, elle prend l'aiguille de la main de la Méchante Reine. Cette dernière gesticule.) Qu'il y a-t-il ? La vie n'a pas été assez tendre ?
Méchante Reine : (se lève) Ce ne sont pas tes affaires.
Méchante Sorcière : C'est donc vrai, tu ignores totalement qui je suis ?
Méchante Reine : Oh, je sais exactement qui tu es. La Méchante Sorcière d'Oz.
Méchante Sorcière : C'est tout ?
Méchante Reine : Tu ne m'intéresses pas tant que ça.
(La Méchante Sorcière bloque les pieds de la Méchante Reine)
Méchante Sorcière : Dans ce cas, laisse-moi au moins me présenter. Tu peux m'appeler Zelena.
Méchante Reine : C'est une de mes robes.
Méchante Sorcière : Hm. J'ai dû l'ajuster légèrement au niveau des hanches mais elle est mieux sur moi, tu ne trouves pas ?
Méchante Reine : Je trouve que tu n'aurais pas dû quitter Oz.
Méchante Sorcière : C'est à cause du château ? Tu peux le reprendre, si tu y tiens à ce point. J'voulais seulement voir s'il me conviendrait. De toute façon, j'ai déjà vu tout ce qu'il y avait à voir. Ta penderie. Tes jardins. Ta crypte.
Méchante Reine : (curieuse) À ce sujet, comment as-tu contrer la magie du sang ?
Méchante Sorcière : Je ne l'ai pas contrée.
Méchante Reine : La porte était ouverte. Personne n'est assez puissant pour faire ça.
Méchante Sorcière : Cora ne t'avait absolument rien dit ?
Méchante Reine : À propos de quoi ?
Méchante Sorcière : De toi et de moi, chère Regina.
Méchante Reine : (glousse) Toi et moi, qu'est-ce que tu veux dire par là ? Comment as-tu connue ma mère ?
Méchante Sorcière : De la même manière que toi. (se penche plus près) Puisque je suis ta sœur. À vrai dire, ta demie-sœur. Mais, ce n'est qu'un détail. (lui tourne le dos)
Méchante Reine : Non, ce n'est pas possible voyons. Tu as la peau verte.
Méchante Sorcière : (se retourne) Et toi tu es impolie. (s'éloigne un peu) Cora m'a eue avant toi. Avant d'atteindre péniblement les bas fonds de la famille royale. (se retourne vers Regina) Tu sais pertinemment que c'est la vérité. Sinon, comment aurais-je pu ouvrir la porte de la crypte ? Notre mère m'a abandonnée et exilée. Mais toi, elle t'a gardée auprès d'elle. À toi, elle a vraiment tout donné.
Méchante Reine : Tout ce qu'elle voulait bien me donner. Si ce que tu affirmes est vrai, tu as eu de la chance de lui échapper.
Méchante Sorcière : Arrête un peu de te faire passer pour une martyre. Imagine devoir grandir sans mère. Devoir vivre au Pays d'Oz. (Regina s'éloigne) Sachant que personne ne te trouve assez bien. (Regina lui fait de nouveau face) Ni ta mère. Ni la seule personne dont nous avons toutes deux croiser le chemin. Rumplestiltskin.
Méchante Reine : (intéressée) Tu connaissais Rumplestiltskin ?
Méchante Sorcière : Tu croyais avoir été sa seule élève peut-être ?
Méchante Reine : (glousse) Laisse-moi deviner : tu es vexée parce qu'il m'a choisie pour lancer le Sort noir. Eh bien, si ça peut te consoler, ce n'était pas aussi gratifiant qu'on aurait pu le croire.
Méchante Sorcière : Il n'y a rien au monde qui puisse être pire que la vie que j'ai eue. (calme) Mais, malgré mes défauts et mes faiblesses, je suis parvenue à devenir quelqu'un. Je n'ai pas eu besoin de Cora. Ou de Rumplestiltskin.
Méchante Reine : Quel dommage qu'ils ne soient plus là pour te voir tel que tu es aujourd'hui. Ils sont morts tous les deux. (Zelena ne dit rien)
Méchante Sorcière : Ça ne fait rien. Tu es la seule que je voulais vivante.
Méchante Reine : (elles se font face) Ah oui ? Pourquoi ça ?
Méchante Sorcière : Parce que je vais te prendre tout ce que tu as en ta possession.
Méchante Reine : C'est trop tard. J'ai déjà perdu tout ce qui compte à mes yeux.
Méchante Sorcière : Non, Regina. Crois-moi, ce n'est rien à côté de ce qui t'attend.
Méchante Reine : Alors, tu as bien l'intention de me tuer ?
Méchante Sorcière : Non, ce serait trop facile. Ce que je souhaite c'est de te faire souffrir. Tous mes rêves vont enfin se réaliser. Mais il n'en sera pas de même pour toi. Parce qu'après ce que je vais te faire subir, je crois que même la mort te paraîtra douce.
Méchante Reine : (se lève) Eh bien, vas-y. Montre-moi ce que tu sais faire.
Méchante Sorcière : Oh, je vais te montrer. À bientôt, sœurette. (appelle son balai volant et part)


SCÈNE : La Forêt enchantée. Il y a un an. Le palais. La Méchante Reine retourne dans sa chambre. Elle libère Robin de son sortilège.


Robin des Bois : Vous n'avez pas mis votre plan à exécution.
Méchante Reine : (d'un ton joyeux) Vous aviez raison. Le Charme du Sommeil n'est pas la bonne solution. Comme vous l'avez dit, il suffit souvent de trouver une nouvelle raison de vivre.
Robin des Bois : Et vous l'avez trouvée ? (sourit) Qu'est-ce que c'est ?
Méchante Reine : Quelque chose que je n'avais pas eu depuis très longtemps et qui m'a manqué. (Robin semble inquiet) Un ennemi, quelqu'un à anéantir.


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Loft Blanchard. Emma et Regina sont sur le point d'entrer.


Regina : Ce n'est peut-être pas une si bonne idée que ça.
Emma : Ça va bien se passer. Faites-moi confiance. (Elle ouvre la porte et elles entrent. Se racle la gorge.) Bonsoir. T'as passé une bonne journée ?
Henry : Ouais. Cette ville est un peu bizarre. (elle rigole) Mais c'est cool. Tu savais qu'il y avait une bibliothèque dans la tour de l'horloge ?
Emma : Oui. J'y suis déjà allée. Allez, il faut que je te présente quelqu'un. (emmène Henry devant Regina) Voici Regina Mills. C'est le maire de la ville et elle tenait à te rencontrer. (Regina le regarde sèchement)
Henry : Il y a un problème ?
Regina : Non, non. Il n'y a aucun problème. En fait, ta mère m'a énormément parler de toi. Il paraît que tu travailles bien à l'école et que tu aimes la littérature.
Henry : Euh, oui. Pourquoi elle vous a raconté tout ça ?
Regina : Parce qu'elle est extrêment fière de toi. (se reprend) Puisque tu es là, je me disais que je pourrais te faire une visite guidée de Storybrooke. Du moins, si tu en as envie. On pourrait même en profiter pour manger une glace.
Henry : Oui, ce serait chouette. (Regina sourit) Alors, ravie de faire votre connaissance. (Regina fait un pas en direction de Henry dans le but de l'embrasser. Il lui offre un coup de main. Au bout d'un moment, elle la secoue avant qu'il s'éloigne)
Emma : Ça a été ? Pas trop dur ?
Regina : C'est un début, on va dire.
(David et Crochet rentrent dans l'appartement)
David : Il faut qu'on parle.
Emma : (regardant autour d'elle, elle remarque Henry assis sur un canapé) Allons dehors. (le groupe va sur le palier)
Mary Margaret : Il s'est vraiment transformé en Singe Volant ?
Crochet : Oui, on aurait dit une sorte de primate mais avec des ailes.
Mary Margaret : Vous croyez que c'est ce qui est arrivé aux Nains qui ont disparu ?
David : Ça expliquerait pourquoi on n'a plus aucune trace d'eux.
Emma : Et Neal ?
David : On l'a toujours pas retrouvé. Alors, ouais, c'est possible.
Emma : Ça ne serait pas le premier Singe Volant que je fréquente. (Mary Margaret est étonnée)
Regina : La personne qui a réussi à échapper à notre guet-apens a disparu dans un grand nuage de fumée verte, et voilà que des Singes Volants envahissent la ville ? Je crois savoir qui est derrière cette Malédiction…
Emma : La Méchante Sorcière de l'Ouest ? (Regina hoche la tête) Sérieux ? Elle existe aussi ?
Crochet : Et c'est la fille de Blanche-Neige et du Prince Charmant qui s'en étonne.
Emma : J'comprends pas. Enfin, là on n'est pas dans le Kansas. Qu'est-ce que la Méchante Sorcière de l'Ouest viendrait faire à Storybrooke ?


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Ferme de Zelena. Portant un plateau de nourriture, Zelena se dirige vers un abri anti-foudre dans le jardin. Elle utilise la magie pour ouvrir la porte puis on la voit descendre un escalier en bois. Elle place le plateau devant une cage.


Zelena : Tu as faim ? (Une main lui attrape le bras avant qu’elle ne puisse se détourner.)
M. Gold : Tu n'aurais jamais dû me faire revenir.
Zelena : (sourit, donnant un coup de pied sur le plateau pour qu'il puisse l'atteindre) Tu devrais manger. On a beaucoup de travail. (sort)
M. Gold : (ramasse un bol de riz) Tu nourris la folie et elle se nourrit de toi. (tourne le bol dans ses mains) Tu nourris la folie et elle se nourrit de toi. Tu nourris la folie et elle se nourrit de toi. (M. Gold ricane. À l'aide de ses doigts, il commence enfin à manger.)


Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .