FANDOM


Plume WIKI Cette page est la transcription de l'épisode "La Naissance d'un Pirate". Plume WIKI
N'hésitez pas à la compléter ou à corriger la moindre erreur.
Once Upon a Time couverture livre de contes

SCÈNE : Pays Imaginaire. Présent. En traînant un adulte inconscient avec eux, un groupe d'Enfants Perdus traverse le sous-bois. Arrivés devant une cage en bois, ils enferment leur prisonnier. En bref, la caméra se concentre sur le prisonnier en le révélant comme étant Neal.


Felix : Vous avez entendu Peter. Vous savez quoi faire de lui.


SCÈNE : Pays Imaginaire. Présent. Camp de Peter Pan. Les Enfants Perdus chantent. Henry les observe de loin. Un Enfant Perdu, Devin, s'approche de Henry en le poussant avec un bâton.


Devin : (se moque) Alors, c'est toi le garçon que Peter cherche depuis toutes ces années. (Cette fois, il pousse Henry plus fort. Henry recule.)
Henry : T'as qu'à lui demander. (Devin attaque joyeusement Henry. Surpris, Henry saute hors de sa portée.) Arrête !
Devin : Si tu t'effarouches pour ça, comment tu vas supporter tout ce que Peter te réserve pour la suite ? (Baissant les yeux, Henry remarque un bâton gisant sur le sol. Devin hoche la tête et l'encourage à prendre son bâton. Dès que Henry est armé, Devin le charge. Ils se lancent dans une bagarre espiègle.)
Peter Pan : (les regarde) Pas mal. Mais ce serait plus amusant avec de vraies épées, non ?
Henry : (hésitant) J'ai jamais… jamais eu une vraie épée.
Peter Pan : (à Henry) Tu es au Pays Imaginaire et ton cœur est celui du plus pur des croyants. Tu peux faire tout ce que tu veux.(place une main sur l'épaule de Henry) Il suffit que tu y crois, Henry. Ferme les yeux et imagine que tu tiens une véritable épée. (Henry ferme ses yeux. En les rouvrant, il tient une lame à la main.) Et bien, qu'est-ce que tu attends ? Attaque-le. (Henry charge Devin. Les regardant, les Enfants Perdus acclament) Tape encore ! Ne te laisse pas faire ! Oui, continue : Allez ! C'est ça ! (Avec un coup de sabre, Henry coupe le bâton de son adversaire en deux.) Tu peux le faire ! (En chargeant encore une fois, Henry frappe son adversaire et le fait saigner.)
Henry : (choqué) Excuse-moi. C'était un accident.
Peter Pan : Allons, Henry, ne sais-tu pas que c'est l'un des avantages à faire partie des Enfants Perdus. (rend son épée à Henry) On n'a jamais besoin de s'excuser. (se tourne vers les Enfants Perdus) Applaudissez-le. (Les Enfants Perdus applaudissent fort. Peter Pan encourage Henry à lever le bras dans un geste victorieux)
Henry : (content) Ouais.


SCÈNE : Pays Imaginaire. Présent. Caverne de Neal. David allume une torche. Il y a des marques de craie sur le mur. Emma a du mal à retirer les oreillers afin d'examiner les marques de plus près. Crochet regarde Emma.


Crochet : Vous avez besoin d'un coup de main, ma jolie ?
Emma : C'est censé être drôle ?
Crochet : Non, je suis très sérieux au contraire. (déplace les oreillers)
Emma : Wow.
David : Qu'est-ce c'est ?
Crochet : Il semblerait que Baelfire ait compté les jours qu'il a passé ici. (Emma remarque quelque chose)
Mary Margaret : Y'a un souci ?
Emma : Regardez ça. Il a arrêté de compter.
Mary Margaret : Parce qu'il a réussi à quitter l'île.
Emma : (la regarde) Il est resté plus longtemps que ça.
David : Alors pourquoi il a arrêté ?
Emma : Parce qu'il a perdu espoir.
Regina : Comment vous le savez ? Vous l'avez lu dans ses gribouillages ?
Emma : (descend et lui fait face) Je le sais parce que moi aussi je le faisais. Chaque fois que je me retrouvais dans une nouvelle famille d'accueil. Je comptais les jours jusqu'à ce que ça finisse par ne plus avoir de sens.
David : Tu crois qu'il va arriver la même chose à Henry ?
Emma : Peter a dit que ça arriverait.
David : Il se trompe. On est là, on va le libérer.
Emma : Oui, moi je le sais. Vous vous le savez. Mais Henry ne le sait pas. Et Peter a tout intérêt à ce qu'il perde espoir.
Regina : Et qu'est-ce qu'on peut faire ? Lui envoyer un message ? Parce que je doute qu'il y ait des bureaux de poste sur cette île. Alors qu'est-ce que vous proposez ?
Emma : Qu'on s'inspire des méthodes de Peter. Qu'on soit plus malin. Il faut qu'on lui envoie un message pour qu'il sache qu'on va bientôt le délivrer.
Regina : Avec des Enfants Perdus prêts à nous tuer derrière chaque arbre ?
Mary Margaret : On peut peut-être tourner ça à notre avantage.
Regina : Ah oui ? Comment ?
Mary Margaret : Venez, j'vais vous montrer. (elle sort, Emma est sur le point de la suivre, mais Crochet l'arrête.)
Crochet : Swan ?
Emma : Quoi ? On perd du temps.
Crochet : J'ai… Je tiens à ce que vous sachiez que je vous comprends. Cela m'est arrivé à moi aussi. De perdre espoir.
Emma : Je sais bien à quoi vous pensiez. Vous vous dites qu'en jouant sur les sentiments, vous réussirez peut-être à vous rapprochez de moi. Mais vous vous fatiguez pour rien. J'suis pas d'humeur. (David s'approche de Crochet)
David : Je pense qu'il vaut mieux te rendre tout de suite à l'évidence. Elle voudra jamais de toi.
Crochet : (ironique) Vraiment ?
David : Comment elle pourrait être intéressée ? Tu n'es qu'un pirate.


SCÈNE : Forêt enchantée. Passé. Le Joyau du Royaume est ancré. Les marins assument leurs tâches.


Premier marin : Regardez-vous, les gars !
Second marin : Vérifiez que toutes les voiles soient bien gardées.
Troisième marin : Tout le monde sur le pont !
Lieutenant : Vous avez entendu : tout le monde sur le pont ! (Les marins s'alignent. Le lieutenant marche dans la file. Il désigne un marin dont l'uniforme n'est pas bien boutonné.)
Troisième marin : Mes excuses, Lieutenant.
Lieutenant : Lieutenant Jones, matelot. Le capitaine doit nous rejoindre sous peu avec les ordres du Roi en personne. Et avant son arrivée, je veux que vous frottiez tout le navire du grand mât jusqu'aux cale et… (Il s'arrête devant un marin en train de prendre une bouteille dans sa poche.) Du rhum ? Dites-moi. (se tourne face aux hommes) L'un de vous sait-il ce qui arrive aux marins qui boivent du rhum ? (personne n'ose parler) Ils finissent ivres. Or, l'ivrognerie n'est pas de bon ton. Et s'il y a bien une chose que je ne peux pas tolérer à bord de ce navire, c'est un comportement qui ne soit pas de bon ton. (il jette la bouteille par-dessus bord)
Capitaine : Je vois que mon navire est entre d'excellentes mains.
Lieutenant : Bienvenue à bord, Capitaine. Nous sommes prêts à recevoir les ordres du Roi.
Capitaine : (s'adresse aux marins) Tous à vos postes. (ils s'exécutent) Quand le Roi m'a chargé de cette mission, j'ai su qu'il n'y avait qu'un seul homme au monde capable d'entreprendre un voyage aussi périlleux. Mon petit frère.
Lieutenant : Tu veux sans doute dire ton jeune frère.
Capitaine : (tend un sextant à Killian Jones) J'ai un petit cadeau pour toi. Pour fêter ce nouveau voyage que nous allons faire ensemble.
Lieutenant : Un sextant ? Tu es toujours aussi sentimental à ce que vois.
Capitaine : Regarde-le de plus près.
Lieutenant : C'est la première fois que je vois un sextant réglé de cette façon. Quelle est cette terre inconnue où tu nous emmènes ?
Capitaine : J'ai reçu l'ordre de garder le secret jusqu'à notre arrivée. Mais je peux tout de même te dire que cette mission est celle dont nous rêvions depuis longtemps. Celle qui ramènera la paix dans notre Royaume et qui fera la gloire de la Famille Jones.
Lieutenant : Une quête héroïque. Voilà qui est de très bon ton, en effet. (se retourne) Maître d'équipage ?
Maître d'équipage : Oui, Lieutenant Jones ?
Lieutenant : Larguez les amarres et hissez les voiles. Nous prenons la mer.


SCÈNE : Pays Imaginaire. Présent. Emma, Mary Margaret et Regina fabriquent des cordes.


Regina : Leur tendre un piège ? C'est ça votre plan ?
Mary Margaret : Les Enfants Perdus n'hésitent pas à s'en prendre à nous. Le moment est venu de leur rendre la pareille.
Crochet : Vous ne persuaderez jamais un Enfant Perdu de trahir Peter.
Mary Margaret : (amère) Merci pour vos encouragements. David ?
David : Ouais ?
Mary Margaret : Il va nous falloir plus de lianes.
David : (halète) OK, j'm'en occupe. Tu viens avec moi, pirate.
Crochet : Et pourquoi cela ?
Emma : Parce qu'on a besoin de plus de lianes pour tresser plus de cordes.
Crochet : (s'incline) Si la Demoiselle insiste. (suit David)


SCÈNE : Pays Imaginaire. Présent. David ramasse des lianes. Crochet le suit de près.


Crochet : Que vas-tu m'aboyer dans les oreilles cette fois-ci, David ?
David : T'approches pas de ma fille.
Crochet : Elle sait se défendre toute seule. Elle n'a pas besoin de son papa pour cela. Ce qui est une bonne chose.
David : Qu'est-ce que tu veux dire par là ?
Crochet : Je veux dire que quoiqu'il arrive dans un jour ou deux, tu seras mort.
David : Ça, j'peux rien y faire. Mais si je meurs…
Crochet : (l'interromps) Tu mourras…
David : Ce sera en essayant de protéger ma famille. Un type comme toi ne comprendra jamais ce genre de choses.
Crochet : Et si je te disais que nous pourrions te sauver ?
David : Je refuserai parce que retarder le sauvetage d'Henry pour sauver ma propre vie serait égoïste. Mais, je suppose qu'à ma place, c'est ce que tu ferais ?
Crochet : Espèce de crétin arrogant. Comment oses-tu me traiter d'égoïste ? Tu oublies que je risque ma vie pour vous tous à chaque minute que je passe sur cette île à affronter ce démon.
David : Oh, j't'en prie, tu ne le fais pas par noblesse. Tu n'es là que pour Emma. Alors laisse-moi te mettre les points sur les i : tu ne l'auras jamais. J'y veillerai.
Crochet : Dans ce cas, c'est une excellente chose que tu sois mourant. (David a l'intention de donner un coup de poing à Crochet, mais il titube. Crochet l'attrape par le bras.) Arrête. Arrête. Je ne me bats pas contre les estropiés. (installe un David inconscient sur le sol) Camarade ? Camarade ?


SCÈNE : Pays Imaginaire. Présent. Crochet verse du rhum dans la bouche de David. Toussant, David se réveille.


Crochet : Tiens. Bois encore une gorgée.
David : Non, merci. Ça va mieux. (tousse)
Crochet : (soutient David qui essaie de se lever) Non, je sais que c'est faux. Je croyais que tu en avais pour encore quelques jours. Laisse-moi regarder.
David : Non.
Crochet : Laisse-moi regarder. (À contrecœur, David soulève sa chemise. Le côté droit de sa poitrine est recouvert de veines noires. Les veines supérieures commencent à s'étendre vers la gauche.) L'Ombrêve atteindra bientôt ton cœur. Il ne te reste que quelques heures. Tu vas devoir le dire à ta famille.
David : Non. Pas tant que je peux les aider à sauver Henry. (essaie de bouger, mais il titube encore. Crochet l'attrape une fois de plus.)
Crochet : Respire, sinon le peu de temps qui te reste ne fera que de se réduire davantage. (Avec un effort, David ramasse quelque chose sur le sol) Qu'est-ce que c'est ?
David : (regardant de plus près) C'est un insigne militaire. (en lisant le nom gravé dessus) « Jones ». Tu connais peut-être.
Crochet : Oui, c'était mon capitaine. Et mon frère. Il y a bien longtemps nous avons accosté sur cette île infernale. Cet insigne était accroché à sa sacoche. Mon frère l'a perdu lors d'un duel contre Peter. La tempête et les pluies qui ont endommagé le navire ont dû le faire descendre jusqu'ici.
David : Il l'a perdu où ?
Crochet : Là-haut. Sur le Pic du Mort. Je croyais que cela avait disparu pour toujours.
David : De quoi tu parles ?
Crochet : (s'éloigne) Rien, c'est trop dangereux.
David : Une seconde. Qu'est-ce qui est trop dangereux ? Si tu sais quelque chose qui pourrait nous aider, il faut que tu me le dises.
Crochet : Si cet insigne est encore là après toutes ces années, il se peut que la sacoche de mon frère ait résisté elle aussi. À l'intérieur de la sacoche, il y avait un sextant qui pourrait nous aider à décoder la fameuse carte de Neal et à trouver un moyen de quitter cette île.
David : Alors je sais ce que je vais faire des dernières heures qu'il me reste. On va retrouver ce sextant.
Crochet : Tu réussiras peut-être à monter jusqu'au sommet, mais tu mourras avant de redescendre.
David : Dans ce cas, viens avec moi et fais en sorte que le sextant revienne à Emma. T'as envie de devenir un héros ? Alors aide-moi.


SCÈNE : Forêt enchantée. Passé. Liam et Killian sont à bord du Joyau du Royaume.


Maître d'équipage : Relayez l'info ! (Liam sort un livre)
Membres d'équipage : À vos ordres ! (Liam tend le livre à Killian et ils regardent à travers)
Killian : Des cartes du ciel. J'n'ai jamais vu aucune des constellations qu'elles représentent.
Liam : Personne ne les a vues. Nous partons explorer un nouveau monde, une terre inconnue.
Membre d'équipage : Ennemi en vue à babord ! (Killian et Liam saisissent chacun une longue-vue)
Killian : Une frégate et deux corvettes, elles ne vont pas tarder à nous rattraper. À vos postes, canonniers ! Sortez les canons à babord ! Tenez-vous prêt à virer de bord !
Liam : Ne tenez pas compte de cet ordre ! (Un canon tire à partir du navire ennemi, mais manque juste le Joyau du Royaume) C'est pas passé loin.
Killian : Nous ne pourrons pas les distancer.
Liam : Faites-moi confiance, Lieutenant Jones. Déployez la voile de Pégase !
Membre d'équipage : Déployez la voile de Pégase ! (la cloche sonne. Les membres d'équipage commencent à la déployer.)
Membres d'équipage : Ho ! Hisse ! Ho ! Hisse ! Ho ! Hisse ! (la voile se déploie)
Killian : Ça alors, qu'est-ce que c'est ?
Membres d'équipage : Allez-y !
Liam : C'est une voile tissée avec les dernières plumes de la créature que l'on appelait Pégase.
Killian : Si on en croit la légende, ce cheval pouvait voler.
Liam : Oui, en effet. D'ailleurs, nous aussi. Accroche-toi ! (Glousse. Le navire commence à voler. Les membres de l'équipage applaudissent lorsque le navire quitte l'eau. Un autre canon tire, mais manque aussi.) Whoo-hoo ! (Un troisième canon tire et manque également. Les membres d'équipage applaudissent. Les canons continuent à tirer, mais en vain.) Donnez-nous le cap, Lieutenant. La deuxième étoile à droite et tout droit jusqu'au matin. (Killian regarde à travers le sextant)


SCÈNE : Pays Imaginaire. Présent. Crochet et David retournent au campement pour parler du sextant aux autres.


Emma : Un sextant ? Et c'est maintenant que vous nous en parler ?
Regina : Comment être sûre que vous ne nous racontez pas d'histoire ?
Crochet : Vous ne pouvez pas, vous allez devoir me croire sur parole. C'est notre meilleure chance de quitter l'île. Je vous rappelle qu'après avoir délivré Henry nous devons repartir.
Emma : Alors qu'est-ce qu'on attend pour y aller ?
Crochet : Emma… Vous aviez raison. Vous devez transmettre un message à Henry. Chaque jour sans espoir accroît le risque qu'il devienne un de ces Enfants Perdus. (enroule un paquet de corde autour de lui.) Votre père et moi irons seuls. (sort)
David : Crochet a raison.
Mary Margaret : Euh, tu veux qu'on se sépare ?
David : J'en ai aucune envie mais, si ça peut nous aider à rentrer chez nous.
Mary Margaret : D'accord. (David soupire)
David : Et, Emma, en mon absence j'aimerais que tu…
Emma : …écoutes ta maman ?
David : (glousse) Sois prudente, d'accord.
Emma : J'le suis toujours.
David : Et quand tu réussiras à parler à Henry, transmets-lui un message de ma part.
Emma : Mm-hmm.
David : Dis-lui seulement que… Dis-lui que son grand-père l'aime très fort. (enlace Emma)
Emma : Oh. Euh, d'accord. Alors, bonne chance.
David : (murmure) À toi aussi. (se tourne vers Mary Margaret)
Mary Margaret : T'es sûr que ça va ?
David : Ouais, ça va aller. (l'enlace) Va falloir qu'on y aille.
Mary Margaret : Mmm. À tout à l'heure.
David : Tu sais, cette île est vraiment un endroit extrêmement dangereux. Disons que… On ne sait pas ce qui va arriver alors…
Mary Margaret : (l'interromps) David. Il t'arrivera rien.
David : T'as raison. (presse sa main contre la tête de Mary Margaret, et l'embrasse sur le front. Il l'embrasse ensuite à nouveau.)
Mary Margaret : Mmm.
David : (murmure) Je t'aime. (part et rejoint Crochet de nouveau alors qu'ils continuent)


SCÈNE : Pays Imaginaire. Présent. Emma, Mary Margaret et Regina se préparent à piéger Devin. Mary Margaret tire la corde de son arc pendant que Devin chasse un cochon. Elle tire la flèche dans une corde, libérant un filet qui tombe sur lui.


Devin : (grogne) Uhh ! (Emma, Regina et Mary Margaret l'entourent, avec cette dernière bandant son arc.) Qu'est-ce que vous faites ? (se libère du filet) Vous voulez réellement déclarer la guerre à Peter.
Emma : C'est lui qui l'a déclarée le jour où il a enlevé mon fils.
Regina : Mais ça ne fait pas de toi notre ennemi. (ouvre sa paume, en utilisant la magie pour révéler une barre Apollo)
Devin : (se lève) Qu'est-ce que c'est ?
Regina : Du chocolat. Je me suis dit que tu aurais envie d'une petite douceur.
Emma : On ne te veut pas de mal. Tout ce qu'on te demande c'est de transmettre un message à Henry.
Devin : Pourquoi je vous aiderai ?
Emma : Parce que tu avais une famille à une époque et que tu as cessé de croire que tu pouvais la revoir. Mais maintenant on est là. On peut tous vous sauver - en même temps qu'Henry. Vous pourriez retourner chez vous. (Regina approche sa main et offre la tablette de chocolat. Devin la prend et la sent.)
Devin : Mmm. (glousse et jette immédiatement la barre de chocolat dans la jungle. Emma tire son poignard.) Vous avez rien compris. J'suis bien ici, j'ai pas du tout envie de retourner chez moi. Aucun d'entre nous ne veut rentrer.
Emma : Peter est un monstre. Regarde ce qu'il t'a fait.
Devin : (pointe sa cicatrice) Oh, c'est pas Peter qui a fait ça. C'est Henry.


SCÈNE : Pays Imaginaire. Présent. David et Crochet avancent dans la jungle.


Crochet : Tu tiens le coup, camarade ?
David : T'occupes pas de moi. Contente-toi de retrouver ce sextant.
Crochet : Je parlais des adieux déchirants. On ne peut pas dire que tu respirais la sérénité.
David : J'ai fait ce que je devais faire, et j'l'ai fait par amour. Emma et ma femme comprendront, je le sais. (s'arrête et s'appuie contre un arbre pour reprendre son souffle. Crochet s'arrête pour attendre.)
Crochet : Tu comptes leur expliquer tout ça d'outre-tombe ?
David : Non, je compte sur toi. Tu leur diras que je suis mort en héros, en me battant pour qu'elles puissent rentrer chez nous. Ce que tu leur diras pas c'est que j'étais à moitié mort quand j'suis parti.
Crochet : En d'autres termes, la vérité.
David : J'veux pas qu'elle se souvienne de moi comme un menteur. (continue en passant devant Crochet. Crochet commence à le suivre.)
Crochet : Pourquoi ferais-je cela pour toi ?
David : (glousse) Oh, parce que si tu n'avais pas volé le haricot magique, Tamara et Greg n'auraient jamais enlevé Henry, on serait pas coincés sur cette île, et je ne serais pas empoisonné par l'Ombrêve.
Crochet : Ce n'est pas faux. Au moins tu as eu l'occasion de dire au revoir. Tout le monde n'a pas cette chance. (David s'arrête pour penser, tandis que Crochet continue de marcher.)
David : Toi aussi, tu as perdu quelqu'un ? (suit Crochet puis ils s'arrêtent tous les deux.)
Crochet : Nous allons monter par ici. Je grimperai le premier, ensuite je te jetterai la corde. (La caméra montre la montagne de bas en haut et sa taille. David et Crochet continuent de marcher vers elle.)
David : (respire lourdement) C'était ton frère, c'est ça ? J'avais un frère moi aussi. Un jumeau. Il a été tué avant que je puisse le rencontrer.
Crochet : Vous étiez deux ? J'ai déjà du mal à en supporter un.
David : (glousse) J'crois que tu l'aurais apprécié. C'était un menteur et un voleur.
Crochet : Ouais, alors tu aurais aimé mon frère. Il pouvait être plus têtu qu'une mule. Attends-moi ici. (David et Crochet s'arrêtent à la base du Pic du Mort. Crochet commence à grimper, pendant que David attend.)


SCÈNE : Pays Imaginaire. Passé. Killian et Liam mettent le pied sur le rivage du Pays Imaginaire. Liam prend une enveloppe de leur chaloupe.


Killian : Qu'est-ce que le Roi espère trouver sur cette île ? (Liam lui montre l'enveloppe et l'ouvre. Il sort un dessin et la caméra révèle qu'il s'agit d'une sorte de plante.) Une plante ?
Liam : Une plante.
Killian : Nous avons fait un si long voyage pour une plante ?
Liam : À ce qu'on dit, elle est magique. Assez puissante pour guérir toutes les blessures.
Killian : (étonné) Nous n'aurions plus jamais a jeté le corps d'un marin à l'océan ?
Liam : Tu comprends maintenant l'importance de notre mission. (Peter Pan apparaît de nulle part derrière eux)
Peter Pan : Vous êtes perdus ? (Killian et Liam se retournent rapidement et tous deux tirent leur épée.) Je crois que vous êtes perdus.
Liam : Quel est ton nom, mon garçon ?
Peter Pan : Je suis Peter Pan. J'habite ici. Qui êtes-vous ?
Liam : Je suis la Capitaine Jones. (remet son épée) Et voici mon Lieutenant. (s'adresse à Killian) Nous sommes ici sur ordre du Roi. (Killian range son épée)
Peter Pan : Du Roi, hein ? Nous n'avons pas de Roi au Pays Imaginaire. Il n'y a que moi.
Liam : Très amusant. Nous sommes à la recherche de cette plante. (sort le dessin de la plante et le montre à Peter Pan. Cette fois, la caméra le révèle comme étant de l'Ombrêve) Sais-tu où nous pourrions la trouver, petit ? (Peter Pan prend l'image)
Peter Pan : Votre Roi vous envoie chercher cette plante ?
Liam : Tu la reconnaîs ?
Peter Pan : L'Ombrêve ? C'est ce qu'il y a de plus mortel sur cette île. Votre Roi est vraiment impitoyable.
Liam : Ne dis pas de sottises.
Killian : (à Peter Pan) C'est un remède.
Peter Pan : C'est un poison. Pourquoi livrer une bataille sanglante quand on a le pouvoir d'anéantir toute une armée avec la sève d'une plante ?
Killian : (murmure à Liam) Serait-il possible que le Roi ait le projet d'empoisonner nos ennemis ?
Liam : Ne sois pas si crédule, voyons. (se tourne vers Peter Pan) Il est évident que ce garçon se moque de nous et ces petits jeux commencent à me lasser. (reprend l'image) Viens. Reprenons nos recherches. (part, et Killian le suit lentement. Il se retourne pour regarder Peter Pan)
Peter Pan : Vous ne pourrez pas dire que je ne vous ai pas prévenu. (fait signe à Killian)


SCÈNE : Pays Imaginaire. Présent. Pic du Mort. Crochet tire les lianes d'un arbre mort. David fait un signe de la base alors que Crochet est sur le point de jeter la liane, mais Peter Pan apparaît au loin de nulle part.


Peter Pan : Attends avant de le faire monter. (Crochet se retourne) Je veux te parler. Seul à seul. (Crochet laisse tomber la liane et avance vers Peter Pan)
Crochet : Que veux-tu ?
Peter Pan : Te proposer un marché. Reviens travailler pour moi, comme au bon vieux temps.
Crochet : (glousse) Le bon vieux temps ne me manque guère.
Peter Pan : Et si je t'offrais quelque chose qu'il est très difficile d'obtenir. (se téléporte juste devant le visage de Crochet) Un moyen de quitter cette île.
Crochet : (secoue la tête) Je ne serai pas plus intéressé.
Peter Pan : Supposons que je rende l'offre plus alléchante. Tu peux emmener quelqu'un avec toi… Emma.
Crochet : Elle n'abandonnera jamais son enfant.
Peter Pan : Elle l'a fait une première fois, et toi tu pourrais lui offrir ton épaule compatissante. Tous les deux nous nous connaissons depuis longtemps. Nous avons déjà fait affaire ensemble et je sens que c'est le bon moment pour renouer les liens qui nous unissaient autrefois.
Crochet : Mais si je suis pas intéressé.
Peter Pan : Oh si tu l'es. C'est justement l'une des choses que j'ai toujours appréciée chez toi. Tu es doué pour survivre.
Crochet : Qu'attends-tu de moi au juste ?
Peter Pan : Que tu sois à mon service. Que je puisse te confier mes basses besognes.
Crochet : Quelles basses besognes ?
Peter Pan : Je te le dirai quand le moment sera venu. Mais avant, j'aurais besoin d'une preuve de ta bonne volonté.
Crochet : Dois-je comprendre que ma parole n'est pas suffisante ?
Peter Pan : Allons, tu me connais. (se téléporte derrière Crochet) J'aime l'action. Et je saurai que tu as accepté mon offre quand je verrai le cadavre du Prince au sommet de ce pic.
Crochet : Tu l'y verras quoiqu'il arrive. Il n'en a plus que pour quelques heures grâce à l'Ombrêve.
Peter Pan : Je veux que tu le tues avant que le poison ait fait son œuvre. Je veux voir ton crochet s'enfoncer dans sa poitrine.
Crochet : Et que se passera-t-il si jamais je refuse ton offre ?
Peter Pan : As-tu oublié ce qui est arrivé la dernière fois que tu as refusé de m'écouter ? (sort la flasque de Crochet, mais il la reprend rapidement.) Tiens, bois une gorgée. D'habitude, ça t'aide à réfléchir. (disparaît, et David grimpe au sommet de la falaise.)
Crochet : Par tous les diables. Je t'avais pourtant dit d'attendre.
David : (haletant) Je peux savoir à qui tu parlais ?
Crochet : À personne, je parlais tout seul. C'est une habitude que j'ai pris à force de naviguer la nuit en solitaire.
David : (baisse les yeux vers Crochet tenant la flasque) Eh bah, à ce que vois tu en as aussi profité pour te désaltérer.
Crochet : Mes excuses, camarade. Ce n'est plus très loin maintenant.(David continue de marcher et Crochet le suit de près.)


SCÈNE : Pays Imaginaire. Passé. Pic du Mort. Liam et Killian avancent vers un plant d'Ombrêve, que Liam compare à celle de son dessin.


Killian : Cette plante ne ressemble pas à un remède.
Liam : Alors tu préfères croire ce garçon plutôt que ton Roi ? (pose le dessin loin)
Killian : Ce garçon comme tu dis, il nous a indiqué le chemin qui mène à l'Ombrêve. Pourquoi aurait-il menti sur sa nature ?
Liam : Certainement pour la garder rien que pour lui. Tu crois réellement que le Roi nous aurait envoyé chercher un poison aussi dangereux ? (se dirige vers l'Ombrêve pour une inspection minutieuse)
Killian : J'espère bien que non. Ce n'est pas ce que je me suis engagé à faire.
Liam : Tu t'es engagé à servir ton Roi.
Killian : Parce que je le prenais pour un - un homme d'honneur.
Liam : Et c'en est un !
Killian : S'il s'agit d'un poison, il ne servira pas seulement à remporter la guerre. Mais aussi à anéantir un peuple entier.
Liam : (s'approche de lui) Tu ne sais pas de quoi tu parles. Je suis ton frère aîné et ton Capitaine. Tu feras ce que je te demande.
Killian : Non. (Liam le regarde de nouveau) Je suis prêt à combattre nos ennemis, mais de manière loyale.
Liam : Dans ce cas, je vais tout de suite prouver que tes craintes sont sans fondement. (tire son épée et coupe une branche du buisson de l'Ombrêve. Il se tourne vers Killian et le lui montre, puis traîne une des épines sur son poignet.)
Killian : Non, ne fais pas ça, arrête !
Liam : Tu vois ? Je vais parfaitement bien. Je te l'avais dit : notre Roi n'a pas trahi notre confiance. Nous allons récupérer quelques plants, ensuite nous pourrons quitter cette… (fait une pause soudaine, haletant de douleur)
Killian : Liam ?
Liam : Killian… (se tourne, montrant ses veines quand elles deviennent noires à cause de l'Ombrêve)
Killian : Qu'arrive-t-il à ton bras ? (court au côté de son frère et le soutient alors qu'il commence à tomber. Liam continue à haleter de douleur.)
Liam : Je te demande pardon.
Killian : Non… Non. À l'aide !


SCÈNE : Pays Imaginaire. Présent. Emma, Regina et Mary Margaret ont attaché Devin à un arbre. Emma est en face de lui et l'interroge.


Devin : Il est trop tard ! Ça ne sert à rien ! Ton fils est devenu un Enfant Perdu de toute façon ! Henry est l'une des nouvelles recrues les plus brutales qu'on n'ait jamais eu depuis des années ! (Emma commence à l'étrangler mais est écartée par Mary Margaret)
Mary Margaret : Ne le laisse pas te déstabiliser, d'accord ?
Regina : Écartez-vous maintenant. (elle avance. Mary Margaret la bloque)
Mary Margaret : Pourquoi faire ?
Regina : Pour que je puisse lui arracher le cœur ! Après ça il fera tout ce qu'on lui demandera.
Mary Margaret : Il est hors de question qu'on vous laisse faire ça ! Emma, on trouvera un autre moyen.
Regina : Vous croyez ? Et vous, vous en dites quoi, Emma ?
Emma : Je dis qu'il faut qu'on parle à notre fils.
Mary Margaret : On ne peut pas faire une chose pareille ! C'est pas… (Emma la pousse sur le côté.)
Emma : Mais si ! Allez-y, Regina !
Mary Margaret : Emma ! Ne faites pas ça ! (Emma retient Mary Margaret alors que Regina se dirige vers Devin.)
Emma : (murmure) Excuse-moi. (Devin grogne de douleur alors que Regina retire son cœur.)


SCÈNE : Pays Imaginaire. Présent. Emma est assise, elle et Mary Margaret s'occupant des conséquences de la scène précédente.


Emma : Je te demande pardon, Mary Margaret.
Mary Margaret : Tu n'as pas à t'excuser auprès de moi. C'est pour Henry que je m'inquiète.
Emma : Moi aussi. C'est pour ça que je suis prête à laisser Regina faire ce qu'il faudra pour qu'on puisse lui parler.
Mary Margaret : Quand on l'aura délivré, je veux être sûre qu'il y aura encore une limite.
Emma : Une limite à quoi ? (Regina détache la corde qui lie Devin à l'arbre et lui fait signe de la suivre.)
Mary Margaret : Une limite que contrairement à Regina, tu ne franchiras jamais.
Emma : Je suis prête à faire n'importe quoi pour le ramener à la maison !
Mary Margaret : À condition que cela ne risque pas de briser notre famille.
Emma : T'en fais pas pour ça. (se lève)
Regina : Vous avez des états d'âmes ?
Emma : Envoyons-lui ce message.
Regina : On va faire bien mieux que ça. (prend un miroir compact de son manteau, le brisant en deux. Elle tend la moitié à Devin.) On va le voir.


SCÈNE : Pays Imaginaire. Présent. Pic du Mort. Crochet et David approchent des plants d'Ombrêve.


Crochet : (soupire) Tu es déjà empoisonné par cette plante, alors si tu veux bien je vais laisser passer devant et nous frayer un chemin à travers ce buisson.
David : Ouais, d'accord. (piégeant Crochet, dégainant son épée et la soulevant au cou, emprisonnant Crochet entre la lame et l'Ombrêve.) Je suis au courant du marché que t'a proposé Peter.
Crochet : Tu nous as entendu ?
David : Ouais. Je vous ai entendu.
Crochet : Dans ce cas tu sais que je n'ai pas accepté son offre.
David : Tu ne l'as pas refusée non plus.
Crochet : Ne vois-tu pas que c'est exactement ce qu'il veut, nous monter l'un contre l'autre ? (grogne alors que David appuie la lame sur son cou)
David : Eh bien, ça marche.
Crochet : Calme-toi, si tu ne veux pas que le poison se propage plus vite encore.
David : Ce qui m'importe c'est de vivre assez longtemps pour retrouver ce sextant et le ramener à ma famille. Alors dis-moi où il est !
Crochet : Mon frère n'a pas perdu sa sacoche sur ce pic ! C'est ce que j'ai voulu te faire croire. (David baisse lentement son épée d'incrédulité.)
David : Alors qu'est-ce que faisait son insigne en bas ?
Crochet : Je l'ai fait tomber volontairement pour que tu le vois. (inspire profondément)
David : Pourquoi ?
Crochet : Si je t'avais dit la vérité, jamais tu ne serais venu jusqu'ici.
David : La vérité… C'est que tu m'a amené ici pour me tuer.
Crochet : Je t'ai amené ici pour te sauver la vie !
David : Menteur ! (grogne et charge Crochet. Crochet le frappe dans le nez, faisant tomber David en arrière et l'assommant.)


SCÈNE : Pays Imaginaire. Passé. Pic du Mort. Killian est au-dessus du corps inconscient de Liam.


Killian : Liam ! Réveille-toi. (secoue son frère, essayant de le réveiller) (sa voix se brise) Hey ! Hey ! Je vais te ramener au navire, viens. Allez, viens. (essaie de prendre son frère du sol. Pan apparaît derrière eux.)
Peter Pan : Je t'avais pourtant prévenu. Il mourra dès que le poison atteindra son cœur. (marche vers Killian)
Killian : (murmure) Je t'en supplie. C'est mon frère. Il est tout ce qu'il me reste.
Peter Pan : Tu n'aurais peut-être pas dû le pousser à prendre un tel risque.
Killian : Il est si têtu. Je ne voulais pas. (se reprend) Peux-tu m'aider ?
Peter Pan : (soupire profondément) Tu auras peut-être du mal à le croire, mais c'est ton jour de chance. Car il existe un moyen de lui éviter la mort. (Killian se tient debout)
Killian : Lequel ? (Peter Pan se dirige vers l'Ombrêve et agite sa main, révélant une source cachée derrière)
Peter Pan : Cette source. Le pouvoir régénérant du Pays Imaginaire y circule. C'est ce qui permet à cette île et à tout ce qui s'y trouve de rester… si jeune. Quel que soit la personne et le mal dont elle souffre, si elle boit cette eau elle sera guérie.
Killian : Merci. (marche vers la source. Pan l'arrête.)
Peter Pan : Cependant… Je dois te mettre en garde. Quand on a recours à la magie, il y a toujours un prix à payer, et le pouvoir de cette source ne fait pas exception. Ne quitte pas cette île si tu n'es prêt à le payer.
Killian : Évidemment, dis-moi ce que tu veux et je te jure que tu l'auras. (remplit une cantine avec de l'eau de la source. Il apporte à boire à Liam) Liam, réveille-toi !
Liam : Appelez-moi Capitaine, Lieutenant. (essuie sa bouche. Killian commence à rire de soulagement.) Que s'est-il passé ? (se redresse)
Killian : Aucune importance. Je vais payer le jeune garçon et nous quitterons cet endroit. Je t'écoute mon garçon. Dis-moi ce que tu veux ! (silence. Pan a disparu) Où es-tu ?


SCÈNE : Pays Imaginaire. Présent. Campement de Peter Pan. Henry tient un bout de bois et dessine une maison dans la terre, un peu à l'écart. Devin l'approche et le touche avec son bâton incitant Henry à se lever.


Henry : (face à lui) Je veux pas me battre à nouveau. C'est clair ?
Devin : (range son bâton) J'suis pas venu me battre. J'suis venu te transmettre un message. (le pousse à reculer jusqu'à être sur le dessin) Ta famille est ici.
Henry : (surpris) Quoi ?
Devin : Ils sont sur l'île.
Regina : (parlant au cœur de Devin) Ils font tout ce qu'ils peuvent pour te retrouver.
Henry : (méfiant) Non. Je te crois pas. Tu me fais marcher parce que je t'ai blessé à la joue. T'as inventé ça pour te venger.
Regina : (parlant au cœur de Devin) J'te fais pas marcher, c'est la vérité.
Devin : (sort le miroir de sa poche) Regarde. (Henry prend le miroir tandis que Regina rejoint Emma et Mary Margaret devant leur miroir)
Regina : (à travers le miroir) Henry ! Comment tu vas ?
Emma : (à travers le miroir) (soulagée) Henry. Est-ce que tu m'entends ?
Henry : (à travers le miroir) (interloqué) Maman ?
Mary Margaret : (à travers le miroir) (soulagée) Je suis là moi aussi. (Emma sourit)
Henry : (à travers le miroir) (incertain, regarde Devin) Non, c'est impossible. C'est un piège.
Emma : (à travers le miroir) Non, c'est pas un piège. Je te promets que c'est bien réel. On a lancé l'Opération Évasion Cobra. On est là.
Henry : (à travers le miroir) Vous êtes sur l'île ?
Emma : (à travers le miroir) Oui, on va te ramener à la maison.
Henry : (à travers le miroir) (regarde à côté) J'entends quelqu'un qui vient. (regarde de nouveau les trois femmes puis sur le côté puis de nouveau les trois femmes) C'est Peter. (elles perdent leur sourire) J'vais y aller. Ça vaut mieux.
Les trois femmes : (à travers le miroir) Attends !
Henry : (à travers le miroir) Non, il faut que j'y aille.
Regina : (à travers le miroir) On t'aime fort, Henry ! (Henry lève la tête du miroir et le balance par terre, le cassant ; les trois femmes sourient, heureuses)


SCÈNE : Pays Imaginaire. Passé. Le Joyau du Royaume quitte le Pays Imaginaire par la voie des airs. Dans la cabine du Capitaine, Killian est adossé à l'escalier tandis que Liam reboutonne son haut.


Killian : Comment te sens-tu ?
Liam : En pleine forme. (soupire) Killian. (se retourne) J'aurais dû t'écouter.
Killian : (se redresse) Bah, peu importe. (s'avance) Je suis soulagé que tu aies survécu. Que fait-on maintenant ?
Liam : (fait le tour de la table et prend sa veste) Nous dénonçons la lâcheté de notre Roi.
Killian : Espérons que le peuple nous soutiendra.
Liam : (enfile sa veste) Cela ne fait aucun doute. Et comme tu le dis si bien, recourir à une arme aussi barbare pour remporter une guerre n'est pas de bon ton. (ils se sourient)
Killian : (réajuste la veste de son frère) Oui. (baisse la tête puis la relève) Je te suivrai jusqu'au bout du monde. (incertain) Tu le sais, n'est-ce pas ?
Maître d'équipage : (crie depuis le pont) Accrochez-vous ! On redescend ! (le navire amorce sa descente et se pose sur l'eau avec un peu de remous) Terre en vue ! (Killian, content, s'approche de la fenêtre tandis que Liam n'a pas l'air dans son assiette)
Killian : Quels sont les ordres, Capitaine ? Veux-tu que je t'accompagne pour rendre compte de notre voyage à l'Amirauté ? (se retourne et voit Liam, gémissant de douleur, se plier en deux et s'asseoir sur sa couchette) Liam ? (se précipite auprès de son frère) Non ! Non ! Liam ! (le soutient) C'est pas vrai ! Liam ! (l'entoure de ses bras) Non, non, non, non ! (crie) On a un blessé ! À l'aide, venez ! (Liam meurt dans ses bras) Non… Liam.


SCÈNE : Pays Imaginaire. Présent. Pic du Mort. Crochet passe la sacoche de son frère autour de son cou.


Killian : (soupire) C'qu'il faut pas faire.
(Il se couvre le bas du visage avec un bout de tissu, dégaine son épée et se dirige vers les plants d'Ombrêve. Il les tranche, arrive à la source où il remplit une gourde d'eau avant de revenir auprès de David inconscient.)
Killian : (se démasque, soupire et s'approche de David pour le réveiller en lui tapotant le visage) Réveille-toi. (David se réveille en toussant)
David : (se débat) Non ! Lâche-moi !
Killian : Non, attends. (David se débat jusqu'à s'adosser à un rocher) Non, non, doucement. Doucement, calme-toi. Regarde. (David s'exécute) L'eau qui est dans cette gourde annule les effets de l'Ombrêve. C'est la seule chose qui puisse te sauver. (David tousse un peu)
David : (calme) C'est pour ça que tu m'as fait venir ici ?
Crochet : Mais oui !
David : Tu savais que tu ne pouvais pas me convaincre de laisser ma famille.
Crochet : Et que tu étais plus têtu qu'une mule, oui. J'l'ai vite compris. (David tousse)
David : Et bah, vas-y, donne-la moi.
Killian : Je dois d'abord te dire quelque chose. Parce que le pouvoir de cette eau vient de l'île elle-même, une fois que tu l'auras bu ne pourras plus jamais quitté le Pays Imaginaire.
David : Ça me paraît pas si cher payé vu ce que j'y gagne : une chance de sauver mon petit-fils. (Killian se relève) Et d'aider ma famille à rentrer chez nous.
(Il prend la gourde qui lui tend Killian et boit en se tenant la poitrine. Il tousse, et voit les traces du poison commencer à disparaître ce qui le surprend agréablement. Lui et Killian se sourient, heureux que le premier soit sauvé. Killian l'aide à se relever.)
David : J'ai une question : pourquoi tu as risqué ta vie pour moi alors que tu y avais strictement rien à y gagner ?
Killian : Je ne l'ai pas fait pour toi, camarade. (lui fait un clin d'œil)


SCÈNE : Pays Imaginaire. Présent. Emma, Mary Margaret et Regina marchent dans la jungle en direction de leur campement.


Mary Margaret : Vous croyez qu'il va tenir le coup ?
Emma : (confiante) Il va très bien.
Regina : Comment pouvez-vous en être sûre ?
Emma : C'est notre fils. Il est pas du genre à se laisser abattre. Et maintenant, il a une bonne raison de s'accrocher : il sait qu'on va venir, qu'on le laissera jamais tomber.
Mary Margaret : (concernée) Excuse-moi d'avoir douté de toi. (Emma se retourne) Mais… Je sais qu'il est tentant de se laisser envahir par les ténèbres. Et je ne voulais pas que tu… (Regina se place à côté d'elle)
Regina : (l'interromps) Elle ne lui a pas arraché le cœur. (elles se regardent) C'est moi qui l'ai fait. C'est pour ça que je suis là. (se tourne vers Emma) Vous êtes toujours la famille du bonheur. (entendant un bruit provenant du buisson, Emma dégaîne son épée, Mary Margaret bande son arc et Regina invoque une boule de feu dans sa main droite)
David : (surgit du buisson, suivit de Crochet) Baissez vos armes. C'est nous. (soulagées, elles s'exécutent tandis qu'il se précipite vers Mary Margaret et ils s'enlacent avant de s'embrasser sous le regard dégoûté de Regina)
Regina : (à Crochet) Où est le sextant ?
Crochet : (d'un air culpabilisé) Il semble que Peter nous ait devancé. (Regina soupire)
Mary Margaret : (se détache un peu de David) Loin de moi l'idée de me plaindre, mais qu'est-ce que… (David l'interromp en l'embrassant)
Emma : (détourne le regard) J'crois que moi j'vais me plaindre.
Regina : (excédée) Que ne donnerais-je pas pour un autre Charme du Sommeil ?
David : (tourne la tête) Sans Crochet, je ne serai pas là. (Regina le regarde) Il m'a sauvé la vie. (Regina regarde Crochet)
Crochet : Es-tu certain de vouloir leur en parler ? (Emma et Mary Margaret regardent David)
David : Dans la jungle, des Enfants Perdus nous ont pris en embuscade. (regarde Regina qui le regardait avant qu'elle regarde Crochet) Ils étaient bien plus nombreux que nous. On était cernés. (Crochet baisse la tête avant de regarder David) Mais, Crochet a risqué sa vie pour m'éviter d'être touché par une flèche empoisonnée. (Mary Margaret essaie de retenir David tandis qu'Emma regarde Crochet que David approche) S'il n'avait pas été là, je serai mort. Donne-moi ta flasque. (Crochet s'exécute) Son courage mérite d'être salué.
Crochet : (touché, hoche la tête) Merci. (David boit une gorgée avant de tendre la flasque à sa femme)
Mary Margaret : (contente) À Crochet ! (Emma la regarde avant qu'elle boive une gorgée puis détourne le regard vers Crochet et Mary Margaret tend la flasque à Regina)
Regina : (dubitative) J'ai horreur du rhum ! (s'éloigne)
Emma : (reprend la flasque) À Crochet ! (boit une gorgée)
Mary Margaret : (prend David pour qu'ils éloignent) Raconte-moi ce qui s'est passé. (Emma fait quelque pas, regardant un peu le paysage avant de revenir vers Crochet)
Emma : Vous lui avez vraiment sauvé la vie ?
Crochet : Cela vous surprend ?
Emma : (lui rend sa flasque et s'approche) Eh bah, on peut pas dire que vous soyez… ce que vous appelez… des camarades.
Crochet : (soupire) Cela ne veut pas dire que je laisserai votre père mourir sur cette île.
Emma : (reconnaissante) Merci.
Crochet : (gêné) Je… Je… Je pensais que vous seriez un tant soit peu plus reconnaissante. (se touche les lèvres du doigt)
Emma : (lui sourit) Je le suis. C'est pour ça que je vous ai remercié.
Crochet : (pouffe) La vie de votre père ne vaut pas plus que cela à vos yeux ?
Emma : (soupire) Oh, pitié, vous vous en remettriez jamais.
Crochet : (murmure) Peut-être bien que c'est toi qui ne t'en remettrais jamais.
(Après un moment de silence, elle s'empare de son col pour l'attirer vers elle et l'embrasser de manière intense.)
Crochet : (surpris) C'était un moment qui…
Emma : (reprend son souffle) … qui ne se reproduira pas. (se détache de lui et lui tourne le dos avant de commencer à s'éloigner) Ne me suis pas. Va chercher du bois pour le feu et reviens dans cinq minutes.
Crochet : Comme tu voudras. (elle sourit tandis que lui se caresse les lèvres et s'exécute)


SCÈNE : Forêt enchantée. Passé. Le Joyau du Royaume est de retour dans la Forêt enchantée. Le corps de Liam est mis à l'eau sous les regards de ses hommes et de Killian debout sur une caisse.


Marin : (tend la sacoche contenat le sextant à Killian) Ceci est à vous maintenant… Capitaine. (Killian prend la sacoche et caresse l'insigne militaire)
Killian : (murmure) Tu seras toujours avec moi, mon frère. (voix normale) Nous avions fait le serment… de servir le Roi et notre Royaume. (échange la torche allumée d'un de ses hommes contre la sacoche) Ils nous ont envoyé à la recherche d'un poison abominable, celui-la même qui a tué notre cher Capitaine. (saute de la caisse et se dirige vers l'avant du bateau avant de se retourner face à ses hommes en tenant les cordes) Alors, plus jamais, aucun navire ne fera voile vers cette île de malheur. (met le feu à la voile de Pégase avant de jeter la torche) Plus jamais nous n'obéirons à de tels ordres ! (l'équipage acquesce) Servir le Roi et faire la guerre pour lui ne nous mènerait qu'au déshonneur ! Si vous n'êtes pas d'accord avec moi, fuyez maintenant ou vous subirez le supplice de planche. Mais ceux d'entre vous qui resteront seront des hommes libres. Et je serai leur capitaine !
Équipage : Oui !
Killian : Et nous naviguerons désormais sous pavillon rouge. Ainsi nos ennemis saurons que nous ne faisons pas de quartier, nous volerons tout ce qu'il nous plaiera. Et nous vivrons selon nos propres règles de conduite ! Car, en ce monde, c'est ce qui est de bon ton ! (l'équipage l'acclame) Notre Royaume est corrompu et immoral ! Ceux qui le gouvernent m'ont pris mon frère, mon capitaine et à mon tour, je vais leur prendre tout ce qui leur est cher. À commencer par ce navire ! (redescend sur le pont) Remontez la peinture de la cale.
Un marin : (surpris) La peinture, Capitaine ?
Killian : C'est le moment de renommer ce voilier. Nous ne naviguerons plus sous le nom de Joyau du Royaume. (retire sa veste) Ce navire sera désormais le Jolly Roger. (la balance dans les airs) Et quand ils se retrouveront face à nous, (sa veste atterrit dans l'eau) je veux qu'il sache exactement à qui ils ont affaire. Des pirates sans pitié !
Équipage : Ouais, des pirates !
Killian : Parce qu'au moins chez les voleurs, il y a un code d'honneur ! (l'équipage approuve ses propos et tout le monde jette sa tenue à la mer avant de scander le nom du Capitaine)


SCÈNE : Pays Imaginaire. Présent. Crochet est assis dans la jungle, à l'écart du groupe, et boit du rhum. Quelqu'un tousse et lorsqu'il regarde qui c'est, il reconnaît Peter Pan, adossé à un arbre.


Peter Pan : (se redresse) Tu aurais mieux fait d'accepter mon offre.
Crochet : (sarcastique) On dirait qu'au bout du compte, je n'ai pas besoin de ton aide en ce qui concerne Emma. (le regarde)
Peter Pan : (incrédule, lève la main) Attends. Tu crois que ce baiser voulait dire quelque chose ?
Crochet : Oui. (le regarde) Cela veut dire qu'elle commence enfin à voir l'homme que je suis réellement.
Peter Pan : (glousse) C'est-à-dire un pirate avec une main en moins et un peu trop porté sur la bouteille ? Je ne suis pas un adulte mais je suis à peu près sûr que ce n'est pas ce qu'il y a de plus attirant.
Crochet : (le corrige) Un homme d'honneur. (détourne le regard)
Peter Pan : (s'approche et s'accroupit) Alors, dis-moi, qu'est-ce qu'un homme d'honneur tel que toi ferait s'il apprenait un secret fascinant ?
Crochet : (relève la tête et le regarde) Cela dépend de la nature du secret.
Peter Pan : (le nargue) C'est au sujet de Baelfire. (Crochet, surpris, le regarde de nouveau tandis que Peter se redresse) Ou Neal. Peu importe comment il se fait appeler ces temps-ci. Celui dont Emma est amoureuse, le père d'Henry. (surpris, Killian se lève)
Crochet : (tendu) Pourquoi tu parles de lui ? Il a été tué.
Peter Pan : Non ! J'ai bien peur que non. Il est vivant. (Crochet est attentif tandis que Peter commence à partir) Et tu ne sais pas encore le meilleur : (se retourne) il est au Pays Imaginaire.
Crochet : (surpris) Il est ici ?
Peter Pan : Oui. Tu es surpris, on dirait. Je suis sûr qu'Emma serait ravi de savoir que le père de son fils est toujours en vie. Mais je ne voudrai surtout pas étouffer dans l'œuf une histoire d'amour naissante. Alors, je te laisse le soin de décider, si tu lui dis ou non. (se retourne et part avant de tourner la tête) Voyons quel genre d'homme tu es réellement. (part)


SCÈNE : Pays Imaginaire. Présent. Quelque part sur l'île, Felix mène des Enfants Perdus qui portent la cage de Neal. Ils posent la cage tandis que Peter surgit des buissons et s'en approche.


Peter Pan : Comment va notre invité ?
Felix : On l'a drogué. Il va dormir un moment. Qu'est-ce que tu veux qu'on en fasse ?
Peter Pan : Suspendez-le-moi. (regarde un arbre) Tout là-haut. (regarde Neal avec un sourire sadique) À côté de l'autre. (les Enfants Perdus s'exécutent)


Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .